Patrick NAVAÏ

Hanté par les sirènes et diverses figures matriarcales, Patrick Navaï, n’a de cesse de les peindre. Son chemin est celui de la mer traversée par des algues et des coquillages amoureux ainsi que par des poissons en verve. Il navigue en bonne compagnie sur un navire à tête d’oiseau et celui-ci pourrait bien s’apparenter à celui de l’Arche de Noé. Il entreprend un voyage au long cours à la recherche d’un paradis perdu. Est-ce celui de l’enfance ? D’une liberté à atteindre ? Ou plutôt celui de la République universelle de la Commune de Paris de 1871. La langue parlée sur le pont par les voyageurs ressemble à celle de l’Espéranto  créé par le bon docteur Zamenhof.

Ayant fait des migrations sa thématique majeure, Patrick Navaï, poète et peintre franco-iranien, a fondé Migraphonies, revue des littératures et des musiques du monde. Il a publié  des livres d’artiste aux Editions Carnets-Livres : Voyages encrés suivi de Les Chemins contrariés et Confidences encrées. Et illustré des ouvrages de bibliophilie d’Angèle Paoli et de François Cheng aux Editions Le Verbe et l’Empreinte chez Marc Pessin. Ainsi que le recueil de poèmes Je suis Orient de Giovanni Dotoli paru aux Editions La feuille de thé.  Il anime régulièrement des ateliers d’écriture avec des personnes en détresse psychique.