Je créé avec mon ressenti, dans un acte immédiat et spontané. Je soude, je colle, je plâtre…
C’est une sorte d’inspiration qui me meut et me mène dans une compulsion cathartique. Je laisse venir à moi des images mentales que je traduis aussitôt et range par genre ou par espèces. Telle la série des bébés-bocaux (confiture d’ogres puis viennent les « momies » géantes, personnages surgis d’une fantasmagorie irréelle, puis d’autres créatures, mes « anges déchus et les encagés… », ces personnages tiennent plus du rêve qu’appartenant à une réalité formelle.
D’autres thèmes récurrents: la vie, la mort, le temps qui passe me
transcendent me submergent… je me laisse envahir par ces douces images mentales, parfois violentes aussi.
J’utilise des matériaux récupérés dans les déchetteries ou en vide grenier, je détourne leur fonction, je crame dans ma cheminée…