Eric DEMELIS

« Il y’a de quoi regarder. on n’en finit pas. Au point qu’on est surpris quand parfois un personnage seul est là, comme expulsé du groupe, élu, devenant une sorte d’autoportrait de l’intérieur. Sinon ça grouille, ça gargouille, ça grince, ça grimace. C’est nous que dessine Demelis, nous comme on ne se voit pas, mais certainement comme on est, peu glorieux, imparfaits, bon enfant aussi. La posture est obsessionnelle qui fait qu’un seul tableau les contient tous : il s’agit de faire concurrence à la prolifération humaine et de créer le monde d’à côté, juste assez décalé, noir (parfois d’humour) qui pourrait bien être le nôtre. (Emmanuel Merle) »