Les laissés-pour-compte en déshérence qui se multiplient dans nos rues, et que l’on ne voudrait pas voir, ne pouvaient que susciter l’imaginaire et l’empathie de Bernard Briantais, habité par ses souvenirs d’enfance des rues et des ruelles de Nantes et plus particulièrement le “Chemin des Communs”, véritable Cour des miracles qui le fascinait tant. Ses explorations de la ville, ne s’arrêtaient pas là, aiguisant son œil, il s’amusait à croquer ses habitants dans toutes sortes de scènes (enterrements, petites gens dans les squares, clochards).

Cette passion du dessin qui lui vient de loin se prête à son insatiable exploration de nous-mêmes “pauvres humains”. C’est avec jubilation qu’il transfigure nos destins les plus obscurs en tragi-comédie, nos férocités en cocasseries. Ses dessins, ses constructions font surgir à travers des matériaux pauvres (cartes, ardoises, cagettes en bois) tout un petit théâtre étrange et familier d’une humanité brinquebalante. Nous ne vivons qu’en claudiquant.

Bernard Briantais, vit et travaille à Nantes