Archives

ARTS PLASTIQUES 2014

Les expositions d’arts plastiques réunieront de nombreux artistes dans divers lieux. La Halle aux Toiles, l’Hôtel de Région, le Hall d’exposition du Conseil Général de la Seine Maritime à Rouen et la Chapelle St Julien au Petit Quevilly.

Cette année 2014 nous avons choisi entre autres d’inviter des artistes qui nous ont marqué lors des précédentes éditions et bien sûr de vous faire partager des rencontres nouvelles.

La sélection des artistes et la composition des expositions ne sont pas encore aboutie, elle le sera dans quelques jours. Néanmoins nous pouvons déjà vous citer quelques noms parmi celles et ceux que nous aurons le plaisir de vous présenter.

Les artistes ci dessous sont exposés à dans le hall d’exposition de l’Hôtel du département de la Seine Maritime

 Le Chantier

DSC 0718[1] - Copie-copie-1

Marc Defolny

foret de septembre

Jean Pierre Fruit

 Polyptyque-Trois-elements-JP-FRUIT.jpg

FA

 Homo-Blog.jpg

Christophe sculpteur

 -2-metropolis--170cm.jpg

 

CAMPAGN’ART NEUFVILLE – BELGIQUE

                       Catherine Meunier                                                                  Marie Christine Leisen

Marie-Christine Leisen I

         Catherine Meunier II

                          Pol Jean                                                                             Yves Jules

Yves Jules IPol Jean II

                  Micheline Ménard                                                                                                    Serge Delaunay                          

 Serge-Delaunay-II.JPG                                     Micheline M+®nard I              

C--cile-Paris-II.JPG

Daniel Poullain

IMG_9480.jpg

 

Fabien Chevrier

 photo_262400_10807697_201304085549378.jpg

 

Katy Bouichou

 P1110594.JPG

URAS

DSCF0057.JPG

UMD

portrait.jpg

 

 

Les expositions d’arts plastiques réunieront de nombreux artistes dans divers lieux. La Halle aux Toiles, l’Hôtel de Région, le Hall d’exposition du Conseil Général de la Seine Maritime à Rouen et la Chapelle St Julien au Petit Quevilly.

Cette année nous avons choisi entre autres d’inviter des artistes qui nous ont marqué lors des précédentes éditions et bien sûr de vous faire partager des rencontres nouvelles.

 

La sélection des artistes et la composition des expositions ne sont pas encore aboutie, elle le sera dans quelques jours. Néanmoins nous pouvons déjà vous citer quelques noms parmi celles et ceux que nous aurons le plaisir de vous présenter.

NICOLE BAYLE

Pourquoi le tricot ? Ma mère tricotait et je tricote aussi…

Le tricot main est la porte ouverte à la création journalière dans un quotidien souvent morose et utilitaire.

C’est devenu pour moi une « tâche » régulière et un délassement réel. Laissez faire vos mains, ce geste toujours le même est la base même du tricot. On s’y habitue très vite, il devient répétitif comme dans certaines religions où le chapelet tourne sans fin dans la main incantatoire.

Vous venez de finir un rang… Vous passez alors votre tricot de la main droite à la main gauche en le retournant et vous continuez ainsi rang après rang. Le tricot grandit peu à peu et devient extensible à l’infini. Œuvre peuplée de symboles, de masques, de totems ou encore de signes qui sont des réminiscences mystérieuses, en perpétuelle gestation.

Je tricote tous les soirs devant la télévision, de 19h à 22h30. Le temps qui passe, maille après maille, rang après rang, étant sûre de faire une grande œuvre dans le temps et dans l’espace.

Créer, c’est donner envie aux autres de faire, de partager ce petit état de bonheur passager.

                                                                                                                                     

  Nicole Bayle.

Nicole BAYLE, depuis plus de quarante ans, s’est attachée à la production d’une œuvre dont la diversité formelle ne cesse de surprendre et de séduire. Quoi de commun entre les bois flottés, les livres d’artistes, les peintures à l’huile kaléidoscopiques, les petits portraits, les papiers peints, les dessins faits chaque jour depuis le 1er novembre 1991, l’art postal, les timbrés de conserves, les tricots, les boîtes d’artistes ?

                                                    Quoi ? Si ce n’est la couleur !

Toutes ces œuvres ont un rapport étroit avec la couleur, toutes les couleurs éclatantes, saturées et souvent complémentaires du cercle chromatique.

L’apparente hétérogénéité de l’œuvre de Nicole BAYLE conduit parfois à isoler tel ou tel de ses aspects, au détriment des autres.

Jour après jour, patiemment, Nicole BAYLE réalise une œuvre artistique, obstination de la répétition sans que jamais toutefois cette dernière ne se ferme sur elle-même en un tout clos, l’action devient ainsi mobile à l’infini, quand l’ordinaire devient le lieu privilégié de l’expérience.

 

Le grand tricot

 

P7230087.JPG

Tenture et poupées

tenture poupées

Poupée Kachina

n-01.jpg

MASQUE-01.JPG

Les expositions d’arts plastiques réunieront de nombreux artistes dans divers lieux. La Halle aux Toiles, l’Hôtel de Région, le Hall d’exposition du Conseil Général de la Seine Maritime à Rouen et la Chapelle St Julien au Petit Quevilly.

Cette année nous avons choisi entre autres d’inviter des artistes qui nous ont marqué lors des précédentes éditions et bien sûr de vous faire partager des rencontres nouvelles.

 

La sélection des artistes et la composition des expositions ne sont pas encore aboutie, elle le sera dans quelques jours. Néanmoins nous pouvons déjà vous citer quelques noms parmi celles et ceux que nous aurons le plaisir de vous présenter.

Les artistes ci dessous seront exposés à l’Hôtel de Région

 

IZIAK

La-joueuse-de-chats-ou-parfum-d-enfance.jpg

 

Oxo Yutz

la pêche aux crabes

 

ART MANIAK

DSC00725b

Les expositions d’arts plastiques réunieront de nombreux artistes dans divers lieux. La Halle aux Toiles, l’Hôtel de Région, le Hall d’exposition du Conseil Général de la Seine Maritime à Rouen et la Chapelle St Julien au Petit Quevilly.

Cette année nous avons choisi entre autres d’inviter des artistes qui nous ont marqué lors des précédentes éditions et bien sûr de vous faire partager des rencontres nouvelles.

La sélection des artistes et la composition des expositions ne sont pas encore aboutie, elle le sera dans quelques jours. Néanmoins nous pouvons déjà vous citer quelques noms parmi celles et ceux que nous aurons le plaisir de vous présenter.

Angèle Riguidel

frigogloutonlesloups.jpg

 

Carnets-Livres, Bernadette Chevillion et collectif

 

P1150987.jpg

DSCN1603_2.jpg

Carole François

2013-06-07-01.12.47.jpg

Claire Lézé-Schmite

GLOBE-jpeg.jpg

Delphine Devos

petite-souris.jpg

  Jungle Fab

Sans-titre.jpg

François Bidaud Bazin

Tango

Ines Lopez-Sanchez Mathély

poupees-1

Jean Médard

J.-Medard--Autel-Natu-37x30-cm-.jpg

 

Marie Rose Lortet

ET MOI. MRLortet

Martine Mangard

DSCN6249.JPG

 

Odette Picaud

Odette-Picaud-par-Fanny-Crenn--11-.JPG

Pierre Amourette

--DSC_0210a.jpg

Thomas Madkow

1Hopper.jpg

Vincent Prieur

DSC05996.JPG

Lionel Tran

L-TRAN

Fabrice Delaunay

Punk-s-not-dead-.-mais-presque--8cm-.jpg

Anne Marie Conti Ahaye

MANDALA.JPG

Angélique BarréSV100670.JPG

 

Christelle Marais 

DSC_2378.JPG

Vincent Thomas

Vincent-Thomas.jpg

 

 

ArtEtDechirure-Affiche2014-RVBpt.jpg

 

 

Le festival est soutenu par

     régionHN-RVBVilleDeRouen-RVBCG76-RVBIDRAC-RVB.jpgHP-RVB

 

 

 

 

 

Autour du festival… ce sont des rencontres, des débats en lien avec la programmation, nous les détaillerons très prochainnement.

 

Parmi ces rendez vous, vous aurez la possibilité de voir ou de revoir vendredi 4 avril le très beau film de Yolande Moreau “Henri’ avec Pippo Delbono, Candy Ming et des comédiens-nes de la compagnie de l’Oiseau Mouche.

 

A l’issue de la projection , rencontre avec Stéphane Frimat, directeur de la compagnie de L’Oiseau Mouche, José Sagit, directeur du Festival « Art et déchirure ».

 

CINEMA ARIEL (MT. ST. AIGNAN)

HENRI
Un film de Yolande Moreau

Affiche-film-HENRI---Visuel-DR.jpg

Vendredi 4 avril à 20h – Cinéma Ariel, Mont-Saint-Aignan Durée 1h47 – Tarifs habituels du Cinéma Ariel – Tarif réduit pour les peersonnes munies d’un billet du spectacle “Si(c)k”

 

Neuf ans après le succès de « Quand la mer monte », Yolande Moreau est de retour derrière la caméra avec « Henri », présenté en clôture de la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes 2013.

Henri, la cinquantaine, d’origine italienne, tient avec sa femme Rita un petit restaurant près de Charleroi, « La Cantina ». Une fois les clients partis, Henri retrouve ses copains, Bibi et René, des piliers de comptoirs ; ensemble ils tuent le temps devant quelques bières en partageant leur passion commune, les pigeons voyageurs.
Rita meurt subitement, laissant Henri désemparé. Leur fille Laëtitia propose alors à Henri de se faire aider au restaurant par un « Papillon Blanc », comme on appelle les résidents d’un foyer d’handicapés mentaux proche de « La Cantina ».
Rosette est de ceux-là. Elle est joyeuse, bienveillante et ne voit pas le mal. Son handicap est léger, elle est simplement un peu « décalée ». Elle rêve d’amour, de sexualité et de normalité. Avec l’arrivée de Rosette, une nouvelle vie s’organise.

Distribution 

Avec Pippo Delbono, Candy Ming, Jackie Beroyer, Simon André, Lio, Gwen Berou, Brigitte Mariaulle, Yolande Moreau, Serge Larivière et les comédiens de la Compagnie de L’Oiseau Mouche – Scénario et réalisation : Yolande Moreau – Productrice : Julie Salvador – Image : Philippe Guilbert – Décors : Marc-Philippe Guérig – Montage : Fabrice Rouaud – Son : Jean-Paul Bernard, Jean Malet – Mixage : Jean-Pierre Laforce – Musique originale : Wim Wilaert – Collaboration artistique : Héloïse Moreau – Assistant à la mise en scène : Frédéric Alexandre – Costumes : Alexandra Charles – Maquillage : Férouz Zaafour – Producteurs associés : Christophe Jeauffroy, Jean-Louis Livi, Arlette Zylberberg et Antonino Lombardo – Coproducteurs Jacques-Henri et Olivier Bronckart – Distribution France Le Pacte – Ventes internationales Le Pacte.

En partenariat avec

Ariel 2 7058775-0

Mercredi 26 mars 

Journée Culture et Handicap

Spectacle vivant et handicap : quels enjeux

   à partir de 9h30 salle de conférence – Maison de l’Université

Journée d’étude organisée par le département Métiers de la Culture – Université de Rouen en partenariat avec la Maison de l’Université et le festival Art et Déchirure

“La loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances a fixé l’objectif ambitieux d’une accessibilité universelle en 2015. Qu’en est-il réellement des mesures prises au sein des structures et activités culturelles ? Entre initiatives et obstacles : quand des conventions et des présupposés ralentissent l’évolution des mœurs.

Le département Métiers de la Culture de l’Université de Rouen propose de confronter notre vision de l’art et du handicap. Trois tables rondes réuniront des professionnels de la vie culturelle et sociale autour de l’accessibilité des salles de spectacle, des actions de médiation mises en place et des pratiques artistiques amateurs ou professionnelles.”

Programme des tables rondes :

– La question de l’accessibilité des équipements culturels pour le public en situation de handicap.
– Les actions de médiation avec le public handicapé : La pratique artistique en amateur, une solution pour changer le regard ?
– L’artiste professionnel en situation de handicap : de la formation à la reconnaissance.

Ces tables rondes seront traduites en langue des signes française.
Entrée libre

Informatios et réservation: 06 61 52 11 79  spectaclevivant.handicap@gmail.com

Cette journée sera suivie du spectacle de la Compagnie Absolument Production “Hollywood” (20h à la MDU)
https://www.facebook.com/events/1445937602293795/

logo bleu

Logo-MdU-UR

Lundi 31 mars 

« Quand l’art et la culture aide à vivre malgré la maladie d’Alzheimer»

 

18h00 Salle de conférence du Département de la Seine Maritime (entrée rue St Sever)

Rencontre avec (sous réserve de leur disponibilité)

 

 Marie Bérard gériatre à l’EHPAD de Oissel

 Pascaline Cappe, neuropsychologue EHPAD Shamrock de Fécamp,

Laetitia Peyre artiste clown de la compagnie Nez à nez et Caroline Quessandier service culturel du CHU de Rouen.

Soirée en partenariat avec leDépartement de la Seine Maritime (Directions de la citoyenneté et de la culture)

Entrée libre sur invitation.

Jeudi 3 Avril

A l’issue de la représentation de “I need more”

  Espace Culturel François Mitterrand de Canteleu

Rencontre avec Yves Protais, médecin responsable du service d’addictologie du C. H. du rouvray et des membres de son équipe.

Vendredi 4 avril

A l’issue de la représentation de « Abilifaïe Leponaix »

Théâtre de la Chapelle Saint Louis

Rencontre  avec l’association Frontières Invisibles en présence de :

 

Fethi Brétel, médecin,responsable du Service de Psychiatrie Ambulatoire et de Réhabilitation du Pôle Rouen Rive Droite, médecin coordonnateur du Réseau de réhabilitation psychosociale Rouen-Elbeuf-Dieppe,
Béatrice Burel, artiste plasticienne, intervenante en ateliers arts plastiques au chantier du Ch du Rouvray, au centre de jour Saint Gervais.
Céline Letailleur, présidente de l’association Frontières Invisibles.

Le festival est soutenu par

     régionHN-RVBVilleDeRouen-RVBCG76-RVBIDRAC-RVB.jpgHP-RVB

 

Published by ART ET DECHIRURE



commenter cet article

En 2014 le festival Art et Déchirure présentera 8 spectacles accueillis à la Chapelle Saint Louis et Salle Louis Jouvet à Rouen, au Rexy-Centre Dramatique National Petit Quevilly/Rouen/Mont Saint Aignan, au Théâtre des 2 Rives Centre Dramatique National Petit Quevilly/Rouen/Mont Saint Aignan et à l’Espace Culturel François Mitterrand à Canteleu.

 

Pour les réservations, elles peuvent être effectuées dès à présent soit par mail à l’adresse suivante: art.et.dechirure@gmail.com soit en réservant directement dans les salles où sont programmés les spectacles:

 

Centre Dramatique National Petit Quevilly/Rouen/Mont Saint Aignan réservation au 02 35 03 29 78 

Chapelle Saint Louis ou Louis Jouvet 02 35 98 45 05 www.chapellesaintlouis.com

Centre Dramatique National Petit Quevilly/Rouen/Mont Saint AignanThéâtre des 2 Rives billetterie 02 35 70 22 82

Espace culturel F. Mitterrand 02 35 36 95 80

Maison de l’Université 02 32 76 93 01 ou  spectacle.mdu@univ-rouen.fr

 

Le numéro du festival en service à partir du 26 mars et sera communiqué prochainement 

 

Ne tardez pas les spectacles sont annoncés dans les programmes des salles et sont déjà très réservés !

 

Le programme comlet à télécharger ou à imprimer avec le line ci dessous:

 http://fr.calameo.com/read/003197959fbcb0b59cedc

 

 

Le festival est soutenu par

     régionHN-RVBVilleDeRouen-RVBCG76-RVBIDRAC-RVB.jpgHP-RVB

MAISON DE L’UNIVERSITE (MONT SAINT AIGNAN)

“HOLLYWOOD”

Absolument ! Productions

affiche-copie-1.jpg

Mercredi 26 mars à 20h Durée  Tarif 5€

Sur cette piste de cirque, acteurs et musiciens craquent l’allumette, sonnent le tambour au fur et à mesure d’extraordinaires numéros avec le besoin pressant d’être au monde. Héros de poussière, rock’n roll et felliniens, soufflant sur les cendres en n’aspirant qu’aux braises,

Afin que Hollywood ne meurt jamais. »

Avec: Musicien du pôle ressources et handicap du Conservatoire de Caen:

Sébastien HOUSSAY: Pianiste

 

Les comédiens du Foyer du Bourg-Lopin à Vire.

Matthieu COURVAL, Evelyne GESNOUIN, Marie-Laure LEGRET, Christian LETERTRE, Jérôme SAVEY et  Eric TABARD.

Et Jean DIOU du foyer de Dozulé.

Et l’équipe artistique d’Absolument ! :

Emilie HORCHOLLE et Alexandre GAUTHIER: Mise en scène et jeu

May-Lisa LEBERT : jeu

Jean LOISON: musique et jeu

Joseph DESCHAMPS : musique et jeu

Mélanie GIFFARD : chorégraphie

Olivier BOURGUIGNON: lumière.

Nicolas TRITSCHLER : son

 

Pour cette création 2012, la Compagnie Absolument ! Production a reçu le soutien de la Région Basse-Normandie, la Ville de Caen, le Conseil Général de la Manche, l’ODIA Normandie, le Réseau Culture-Santé de Basse Normandie et la Ville de Brécey.

 

Bord de scènel’issue de la représentation avec Emilie Horcholle, comédienne et metteuse en scène.

 

Ce spectacle est co accueilli par la Maison de l’Université Mont Saint Aignan,  

le département Métiers de la Culture de l’Université de Rouen et le Festival Art et Déchirure

 

Logo-MdU-UR.jpglogo-bleu.jpg

 

 

 

 

 

LE REXY (MONT SAINT AIGNAN)

Centre Dramatique National Petit Quevilly/Rouen/Mont Saint Aignan

“SIC(K)”
Alexis Armengol / Théâtre à cru 

Création en avant-première dans le cadre du Festival « Art et déchirure »

Visuel-Sic-k----Photo-Alexandre-Le-Nours.jpg

Jeudi 27 et vendredi 28 mars à 20h au Rexy et samedi 29 mars à 20h chez l’habitant (lieu à préciser) Durée 1h Tarif unique 5€ et apporter un dessert fait “maison”

” … mais c’était l’idée de ne plus boire un excellent Pommard ou un excellent Clos Vougeot, ou un Nuit Saint-Georges et là tu te dis : me priver de ça c’est…, c’est monstrueux. ” Sic Pierre

  

Sic(k) veut, en explorant les mécanismes liés à l’addiction, notamment celle à l’alcool, offrir matière à réflexion sur ce qui nous rassemble et/ou nous isole, sur nos désirs, nos vides, nos plaisirs, nos excès. À toutes ces questions nous ne voulons pas répondre de façon morale, définitive ou didactique, mais plutôt livrer une diversité de points de vue. Nous trouvons cette diversité à travers des entretiens audio et vidéo que nous avons menés pendant l’écriture du spectacle, comme autant de réalités qui viennent nourrir notre propos. Cette collecte de témoignages, à laquelle nous ajoutons des images d’archives, des fragments de textes d’auteurs, de psychologues et de sociologues, présentent également un enjeu théâtral : l’ensemble constitue une partition destinée à être interprétée sur scène, et la citation de personnes existantes ou ayant existé nous permet d’interroger sous un angle inédit pour la compagnie la conjugaison de la réalité et de la fiction au plateau.

Alexis Armengol / Théâtre à cru

*Sic : En français et dans d’autres langues, sic est utilisé pour montrer que l’on cite, telle quelle, une phrase dont les termes ou le sens peuvent paraître étranges ou surprendre le lecteur.
Sick : adjectif anglais signifiant : malade, maladif, malsain

 

Ecriture, réalisation des entretiens, conception et interprétation : Alexis Armengol – Interprétation : Claudine Baschet – Guitare et création lumière : Rémi Cassabé – Conseils techniques : Jean-Baptiste Dupont et Antoine Guillaume – Scénographie : Sammy Engramer – Régie lumière : Stéphane Foucher – Diffusion / création et réalisation costumes : Audrey Gendre – Collaboration artistique : Alexandre Le Nours et Pierre Humbert – Photos, réalisation vidéo : Mélanie Loisel – Production : Marie Lucet – Administration : Isabelle Vignaud – Création et régie son : Matthieu Villoteau

Théâtre à cru est conventionné par le Ministère de la culture et de la communication / Drac Centre, la Région Centre et la Ville de Tours, et soutenu par le Conseil général d’Indre-et-Loire – Coproductions (en cours) : Ville de Tours / Festival Rayons Frais – Accueils en résidence : Espace Malraux / Joué-les-Tours (37), La Pléiade / La Riche (37), Lycée La Providence / Mesnil Esnard (76), La Chartreuse / Centre national des écritures du spectacle / Villeneuve-les-Avignon (30), Théâtre Romain Rolland / Villejuif (94), Le Volapük / Tours (37) – Soutiens : Festival Art et Déchirure et la Scène nationale de Petit-Quevilly / Mont-Saint-Aignan (76).

Ce spectacle est co accueilli avec

7058775-0.jpg

et le Festival Art et Déchirure

 

   

 

  THEÂTRE DES 2 RIVES(ROUEN)

Centre Dramatique National Petit Quevilly/Rouen/Mont Saint Aignan

“VARIATIONS SUR LE MODELE DE KRAEPLIN”

(OU LE CHAMP SEMANTIQUE DES LAPINS EN SAUCE)
de Davide Carnavali  traduit de l’italien par Caroline Michel

Compagnie AnteprimA

Kraeplin

Samedi 29 mars à 20h30 Durée 1h30 Tarifs voir avec le Théâtre des 2 Rives

Un homme, atteint d’une maladie dégénérative de la mémoire, est pris en charge par son fils. Mais, vite, tout se disloque, se dérègle, et apparaissent des images délirantes : le médecin se transforme en lapin, des fleurs volent comme les photos de l’album familial.

Dans cette pièce, le jeune et talentueux auteur italien se saisit de la maladie d’Alzheimer, pour la détourner à des fins littéraires, poétiques et historiques. Les scènes muettes, où défilent des images parallèles, montrent un fils qui incarne les divagations de son père à la recherche de son passé, passant d’un rôle à l’autre pour stimuler une mémoire qui s’effiloche, un réel dont les frontières avec les fantasmes s’estompent. Les zones obscures du père émergent puis dominent la scène, comme si l’on entrait définitivement dans son cerveau malade. Des images déformées sont projetées sur un décor blanc : la gazinière-télé, le canapé-écran, le frigo-fenêtre… Ces objets de la vie quotidienne semblent eux aussi à la recherche de leur fonction. L’espace scénique devient l’espace mental du père, altéré par sa pathologie. Notre logique, nos repères, nos proportions n’ont plus cours. Le fils, au péril de sa propre identité, accepte de jouer le rôle du père ou celui d’un sergent. Mais comment savoir vraiment qui l’on est, quand la personne connue qui nous fait face ne se souvient plus de nous ? À plus forte raison, lorsque cette personne est notre père, l’homme qui nous a donné la vie et nous a élevé. Puis, la petite histoire personnelle ouvre une fenêtre sur la grande Histoire…

« Antonella Amirante nous fait découvrir cette pièce grâce à un formidable trio de comédiens. On est empoigné, touché par le destin de cet homme ordinaire qui perd prise sur sa mémoire et donc sur son existence. »
Nicolas Blondeau, Le Progrès

 

mise en scène Antonella Amirante

traduction Caroline Michel
avec Henri Edouard Osinski, Jean-Christophe Vermot-Gauchy, Anne Feret

vidéo et son Nicolas Maisse
lumière Julien Dubuc

 

Production Compagnie AnteprimA

Coproduction Théâtre de Vienne.

Avec le soutien de la DRAC Rhône-Alpes, le Dicréam, l’Adami, la Spedidam, la Ville de Lyon, la Ville de Lyon 3, et la Région Rhône-Alpe

 

Ce spectacle est co accueilli avec

 

Logo CDN

et le Festival Art et Déchirure

 

ESPASCE CULTUREL François MITTERRAND (CANTELEU)

“I NEED MORE”

Compagnie Akté

  I-need-more-gif.gif

Jeudi 3 avril à 20h30 Durée  Tarifs 7,70€ et 5,50€

“I need more” explore la question du rapport parfois ténu entre création et addictions, et fait entendre la réalité évoquée par les artistes musiciens, sans préjugés, morale, ni apologie.
Composer, monter sur scène, se confronter au public, d’abord pour rester vivant…
Expériences limites et dépendance, “sexe, drogues et rock’n roll” : le point commun de tous ces témoignages d’artistes est avant tout une sensibilité exacerbée et un rapport au monde souvent douloureux. Exister par le désir des autres, créer pour survivre,  s’interroger aussi sur sa place d’artiste dans la société et sur la nécessité impérieuse de créer.
Aux textes de musiciens (biographies, chansons, interviews) répondent en écho les chansons interprétées sur scène.

Distribution :
Conception et mise en espace : Anne-Sophie Pauchet
Avec Juliette Richards, Valérie Diome et Anne-Sophie Pauchet
Régie générale : Grégoire Lerat

La compagnie Akté est conventionnée par la DRAC Haute-Normandie, le Conseil Régiona de Haute Normandie et la Ville du Havre

Ce spectacle est co accueilli par

L’espace culturel François Mitterrand de Canteleu et le Festival Art et Déchirure

CHAPELLE SAINT LOUIS (ROUEN)

“Photographies de A. (Augustine)”

De Daniel Keene

Cie Les Blouses Bleues

photo-de-A.jpg

Vendredi 28 mars à 19h30 Durée 1h Tarifs 10€ et 6€

 

La pièce de Daniel Keene “Photographies de A”, est un monologue poétique fascinant sur la folie

et plus précisément sur la manière dont la folie hystérique fut inventée en étant théâtralisée et

photographiée. Cette pièce achevée en 2007 a été imaginée par le dramaturge australien après

avoir été lui-même stupéfait par la lecture du livre de l’historien de l’art français, Georges

Didi-Huberman, “L’Invention de l’hystérie” (Charcot et l’iconographie photographique de la

Salpêtrière). Le spectacle “Photographies de A” est une adaptation de ce texte inédit de Keene et une mise en images

de ce livre de Georges Didi-Huberman, il évoque l’hystérique préférée de Charcot, Augustine. la star 

de la salpétrière, un chef d’oeuvre, une pauvre vedette exhibant son corps et faisant spectacle de sa douleur. Mais ce

A est aussi celui de l’actrice à qui on demande d’être séductrice et qui attend qu’on l’aime. Charcot ne parlait pas avec les femmes qu’il prétendait guérir, il regardait, et en les photographiant sans parler, les maintenait folles entre art, cris, et déchirure. 

 

L’équipe :

Mise en scène – adaptation : Frédéric Laforgue

Scénographie / Vidéo : Alexandre Leroy

Lumière : Annie Leuridan

Son : Thierry Mbaye

Costumes : Léa Drouault

Assistante mises en scène : Béatrice Courtois

Conseils chorégraphiques : Amélia Estevez

Traduction : Séverine Magois

Régie générale : Jean François Métrier

Avec : Anne Catherine Regniers

 

La création a eu lieu en mars 2012 au Phénix, scène nationale de Valenciennes.

Coproduction: Cie Les Blouses Bleues,

Le Phénix, Scène Nationale de

valenciennes. Avec le soutien du CECN, Mons – Belgique, du Manège, Scène Nationale de

Maubeuge, de la DRAC Nord-Pas-de-Calais et de la Région Nord-Pas-de-Calais.

La Compagnie est soutenue par la ville de Lille, de Hellemmes et le Conseil Général du Nord. 

 

 

 

“LE JOURNAL D’UN FOU”

De Nicolaï Gogol

Boldog Kaktus Théâtre

GOGOL-1.jpg

 

Lundi 31 mars et mardi 1 avril à 19h30 Durée 1h Tarifs 10€ et 6€

 

Le Journal d’un fou de Nikolaï Gogol

Jeu et mise en scène Stéphane Fauvel

avec l’aide du Conseil Régional de Basse-Normandie

et le soutien du Théâtre du Signe, du théâtre de l’Ephéméride, de l’Actea et du Lycée P.S Laplace (Caen)


Le Journal d’un fou” (1833) relate la déchéance du conseiller titulaire Poprichtchine, secrètement amoureux de Sophie, fille de son directeur, et qui croit entendre de la gueule du chien de la jeune fille les moqueries que celle-ci pense à son sujet. Mortifié par cette nouvelle, le pauvre héros bascule dans la folie et se croit bientôt le successeur de Ferdinand VII d’Espagne. Enfermé à l’asile, il poursuit un journal aux dates absurdes, triste reflet de son échappée hors de la raison…

Propichtchine est un petit fonctionnaire. À travers lui se jouent toutes les conditions humaines, du pathétique à l’absurde, jusqu’à rendre floues les frontières entre le réel et l’imaginaire. Ainsi le monde qu’il décrit peut
exister ou n’être que le fruit son imagination. Le Journal d’un fou est une nouvelle sous forme de journal intime, mais également un récit fantastique dont l’écriture est empreinte de théâtralité. Gogol, qui sombrera lui-même dans la démence, s’attache ici, une fois de plus, à la description du divorce entre une réalité quotidienne et le rêve ou la folie qui s’en nourrissent : derrière le fonctionnaire de Saint-Pétersbourg sommeille le roi d’Espagne…

Le monde de Poprichtchine bascule doucement du ministère, où il taille des plumes, à cet Ailleurs qu’il appelle Espagne, cet hôpital où sévit le Grand Inquisiteur. Mais qu’importe ! L’essentiel, c’est la délicatesse et la fragilité de la lune… Que les chiens puissent écrire, certes, a de quoi irriter ! Que les vaches entrent dans les boutiques pour acheter du thé… passe encore ! Mais que la lune soit réduite en poussière est une abomination !
” Messieurs, sauvons la lune car la terre veut s’asseoir dessus. ” (le journal d’un fou Gogol)

“ABILIFAIE LEPONAIX”

 de Jean-Christophe Dollé

Cie Fouic-Théâtre

 

  abilifai 2

Vendredi 4 avril à 19h30 Durée 1h10 Tarifs 10€ et 6€

Un jour j’ai eu ce cahier entre les mains.Il appartenait à une jeune psychologue. Il y avait là des notes qu’elle avait prises lors d’entretiens avec des schizophrènes en hôpital de jour. Tout y était minutieusement retranscrit.
Ça ressemblait à des brèves de comptoir. Une suite de réflexions où le bon sens, frôlant parfois la clairvoyance, côtoyait les poncifs les plus éculés.
Ça aurait pu être léger et prêter à sourire. Mais ces mots étaient ceux d’hommes et de femmes en souffrance.
Et j’ai vu soudain la poésie à l’état pur. J’ai compris que poésie et folie n’avaient sans doute fait qu’un, un jour.
Ces notes prises sur le vif, au gré des conversations, des entretiens, c’était l’esprit humain sans fard, à nu, comme si la folie était la vraie nature humaine.
Et j’ai pensé que c’était ça le théâtre. La pièce s’est construite comme cela, sans histoire, sans intrigue. Simplement la parole du fou qui nous met sans cesse face à un
miroir qui nous dérange.

« On juge du degré de civilisation d’une société à la façon dont elle traite ses fous ».

Lucien Bonnafé, psychiatre.

Or le traitement des malades mentaux fait actuellement en France l’objet de remises en questions qui nous font revenir 30 ans en arrière. Les hôpitaux de jour licencient du personnel encadrant.
Les locaux de Maison Blanche, le plus grand hôpital psychiatrique d’Île de France, vont prochainement céder la place à des logements destinés aux visiteurs d’Euro-Disney. Lucien Bonnafé aurait probablement apprécié l’ironie.
Mickey est le nouveau psychiatre des français !

Texte et mise en scène Jean-Christophe Dollé

avec Vanessa Ricci, Benjamin Tual, Clotilde Morgiève, Jean-Christophe Dollé
Scénographie Adeline Caron, Nicolas Brisset
Lumières Cyril Hamès Chorégraphie Magali B. Création sonore Michel Bertier
Photo Laurence Demaison ©

 

SALLE LOUIS JOUVET (ROUEN)

“T’ES OUF OU QUOI !”

D’Emmanuel Billy

Théâtre de l’Escouade

IMGP6828.jpg

Mercredi 2 à 14h30 et jeudi 3 avril à 14h (scolaires) Durée 1h Tarif unique 6€ (5€ pour les scolaires)

Entre onirisme et quotidien, poésie et fantaisie, ce spectacle est une plongée dans le quotidien et l’univers du handicap mental.

L’histoire est celle de Denis, Elodie, Céline ou Nicolas… Disons Léonie. Une petite fille comme les autres, elle est « extra-ordinaire ». Elle parle le Léonie.
Elle grandit, son corps change, elle est adulte, mais Léonie pleure toujours quand elle perd son manteau, elle boude, elle aime danser et chanter «Alexandrie-Alexandra », elle fait des coloriages de princesse, et avec son “chéri”, c’est pas toujours facile. Léonie va dans une institution : un IME  ou un Foyer occupationnel. Elle s’y rend en taxi, tous les jours de sa vie.
L’autre, l’anormal,  le fou, le débile, le monstre… est-il si différent ? Comment vit il ? Est-ce qu’il parle ? Est-ce qu’il mord ? Qui mieux que les personnes elles-mêmes peuvent nous dévoiler leur potentiel, leur évidence par leur différence…
En abordant le thème de la différence avec des acteurs en situation de handicap mental, le souhait de l’équipe artistique est de partager son étonnement, son émotion, son enthousiasme et de provoquer une rencontre inhabituelle avec le public.

« Ne pas être comme les autres, ça ne veut pas dire forcément être moins bien que les autres, ça veut dire être différent des autres. » Jean-Louis Fournier

Texte et Mise en scène : Emmanuel Billy
Éducatrice : Liliane Beuriot  Chorégraphie : Ilham Aniss Musique et interprétation live : Yann Auger
Lumières : Éric Guilbaud  Costumes : Pascale Barré Vidéo

: Camille Sénécal Photos : Kate Polin
Avec : Christine Leroy
Acteurs et actrices différents. Personnes en situation de handicap mental du foyer occupationnel pour adultes “Les Fougères” de Maromme

Ce spectacles est co accueilli par Théâtre de la Chapelle Saint Louis et le Festival Art et Déchirure

 

logo-horizontal-2-structures 10cm

 

 

 

0001.jpg

Non ce n’est pas encore l’affiche du prochain festival !

Mais vous pouvez d’ores et déjà réserver vos dates pour cette 14ème édition du festival Art et Déchirure.

Vous pouvez constater que nous avons choisi des dates plus proches du début du printemps que d’habitude. Nous espérons que vous serez nombreuse-eux à nous suivre !

Très bientôt la programmation complète sera publiée sur ce blog.

A suivre donc !

Published by ART ET DECHIRURE



commenter cet article

AfficheDef03.jpg

13ème FESTIVAL ART ET DECHIRURE DU 30 MAI au 10 JUIN 2012

PROGRAMME

 

Comme pour les éditions précédentes, nous serons accueillis à la Chapelle Saint Louis à Rouen, à La Foudre-Scène nationale de Petit Quevilly Mont Saint Aignan et à l’Espace Culturel François Mitterrand à Canteleu. Pour la première fois nous vous inviterons à venir voir un spectacle Salle Louis Jouvet à Rouen.

 

Pour les réservations, elles peuvent être effectuées dès à présent soit par mail à l’adresse suivante: art.et.dechirure@gmail.com soit en réservant directement dans les salles où sont programmés les spectacles:

 

Scène nationale Petit Quevilly Mont Saint Aignan réservation au 02 35 03 29 78 http://www.scenationale.fr

Chapelle Saint Louis ou Louis Jouvet 02 35 98 45 05 www.chapellesaintlouis.com

Espace culturel F. Mitterrand 02 35 36 95 80

Le numéro du festival en service à partir du 30 mai  est le suivant 02 35 63 82 16

 

Ne tardez pas les spectacles sont annoncés dans les programmes des salles et sont déjà très réservés !

 

 

LA FOUDRE

Scène nationale de Petit Quevilly / Mont saint Aignan

LES PAPOTINS OU LA TACHE DE MARIOTTE “

D’après le journal Le Papotin / Conception : Eric PetitjeanPapotin.jpg

Jeudi 31 mai à 20h Durée : 1h30   Tarifs 9€ et 5€

Nathanaël s’adressant à Dominique de Villepin :

« Alors Dominique, comment tu vas faire pour changer le monde ? »

Arnaud à Jacques Chirac :

« Jacques, pourquoi tu vouvoies Bernadette ? »

Interviews extraites du journal « Le Papotin »

Vidéos sur site Scène nationale

 

Depuis vingt ans, chaque mercredi matin au Théâtre du Lucernaire à Paris, un groupe de personnes autistes (refusant catégoriquement cette étiquette et se revendiquant « atypiques » un point c’est tout) se réunit pour échanger et communiquer. De là est né le Journal « Le Papotin », rempli d’humour et de poésie.

« Les Papotins ou la tache de Mariotte » est une adaptation théâtrale de ce « drôle » de journal ; mettant en scène quatre personnages décalés qui tentent à leur façon de « nous communiquer ». Leur parole est vivante, simple, vraie et… très drôle ! Peut-être devrait-on en tirer leçon…

L’autisme n’est pas le sujet de ce spectacle. Ce qui a intéressé Eric Petitjean dans cette pathologie, c’est sa théâtralité et le fait qu’elle touche à la communication (le langage et les codes sociaux) dans un monde où communiquer est presque devenu une question de survie.

Sur la scène, quatre personnages simplement ordinaires, atypiques, ayant chacun sa propre logique, nous parlent vrai, sans chichis ou faux-semblants. Pas de compassion ni de révolte en eux, ils sont juste là, seuls face au monde. Ils « papotent » philosophent. Ils vont nous dire ce qu’ils aiment, ce qu’ils n’aiment pas, vont interviewer des gens célèbres, d’autres pas, vont chanter, danser… Avec beaucoup de douceur et surtout par le rire (un rire franc, enfantin, généreux), ce n’est pas leur façon de communiquer qu’ils remettent en question mais la nôtre.

D’après le journal Le Papotin

Conception et mise en scène : Eric Petitjean

Scénographie et vidéo : David Coignard

Vidéaste : Arnaud Gautron

Lumières et régie générale : Pierre Peyronnet

Costumes : Ariane Dionyssopoulos

Avec : Silvia Cordonnier, Pierre Hiessler, Fabien Orcier, Philippe Richard

CHAPELLE SAINT LOUIS

 

 “LES CULS DE PLOMB 

Production Les Piqueurs de Glingues

Photo-Les-Culs-de-plomb-copie-1.jpg

                                                          Olly-Photolia

Vendredi 1 juin 19h30 et samedi 2 juin 19h30 Tarifs 14 € 10€ et 6€

 

Alex était un homme parfaitement inséré dans la société : réussite professionnelle, vie de couple harmonieuse, bref toutes les apparences du bonheur. Mais Alex devient mystérieusement autiste.

Emmuré dans une passion inédite pour l’astrophysique, il découvre mentalement l’existence d’une nouvelle planète et s’enfuit de la clinique où il séjourne depuis deux ans. La poésie du langage induite par la maladie du personnage, crée une dimension parallèle : Alex associe certaines lettres à des couleurs. Le “t”, pour lui, est vert : les mots commençant par un “t” sont verts. Ainsi la Terre n’est pas bleue mais verte. Alex ne comprend pas non plus le deuxième degré des choses : pour lui, pas d’images, de métaphores, de sens figuré. Son univers mental est réaliste par son aspect logique implacable, poétique par son étrangeté.

Sa fiancée Delphine refuse de voir son rêve s’effondrer : convaincue qu’Alex finira par guérir, elle l’accompagne dans un voyage qui les conduira jusqu’au désert algérien, unique endroit d’où l’on peut observer sa planète. Là, une vieille femme à la peau brûlée par le soleil implore en chantant la vengeance de Dieu. Qui est-elle ? Quel est le sens caché de ses incantations ? L’assistante sociale de la clinique, Claire Martin, s’interroge : Alex est-il si malade qu’on le prétend ?

Ils en parlent :

“Cela me semble important que des auteurs comme Hugo Paviot puissent passionner un public avec des questions aussi rarement bien traitées.”

Jean-Pierre Klein, psychiatre honoraire des hôpitaux

“Une oeuvre très forte, susceptible de donner lieu à un événement théâtral riche de signification.”

Henri Lépine, Ruedutheatre.info

Durée : 1h45 – Théâtre

Texte et mise en scène : Hugo Paviot

Avec : David Arribe, Aïni Iften, Laetitia Poulalion, Sophie Stalport

Création sonore : Christine “Zef” Moreau

Costumes : Adelaïde Gosselin

Lumières : en cours

Production : Les Piqueurs de glingues

Avec le soutien de : Théâtre de la Chapelle Saint-Louis (Rouen) ; Théâtre de l’Espoir  Présence Pasteur (Avignon) ; association Beaumarchais  SACD

Partenaires : Spedidam ; Fondation La Ferthé ; Coordination pour l’éducation à la non-violence et à la paix

 

 

“DEVERSOIR”

Compagnie Angela Laurier

http://www.cie-angelalaurier.com/photos/10.jpg

 

Lundi 4 juin et mardi 5 juin à 19h30  Tarif 10€ et 6€

La contorsion est l’exutoire d’Angéla Laurier. Elle raconte son histoire, une enfance passée au Québec, l’obsession pressante de sa famille, sa peur d’enfanter, de transmettre sa violence. A travers les souffrances vécues par son père dépressif et son frère schizophrène, Angéla questionne notre mal être. Comme une thérapie familiale, elle tente de démystifier la folie. Avec son corps déformé torturé, littéralement jeté dans ce combat et la puissance d’une caméra, elle parvient à renouer avec ce passé, passant du féroce à la grâce, de l’intime à l’exorcisme et de la performance à la délivrance d’une famille pour qui elle a finalement beaucoup de tendresse.

 

Site de la compagnie

 

“Face à un public médusé, la contorsionniste Angéla Laurier tente de rompre en temps réel le cours de son destin.”

Daniel Conrod – Télérama – Janvier 07

Durée : 1h30 – Danse et contorsion

Contorsionniste : Angéla Laurier

Musicien : Manuel Pasdelou

Régisseur lumière : Richard Croisé

Comédien : Dominique Laurier

Contact diffusion/professionnels : Geneviève Clavelin

 

 

“PHARMAKON” 

Production Des pieds et Des Mains

 

Jeudi 7 juin 19h30 Tarif 10€ et 6€

La compagnie Des Pieds et Des Mains arrive tout droit de Montréal au Québec (Canada), nous sommes très heureux de les accueillir à Rouen pour le festival Art et Déchirure. des rencontres avec Menka Nagrani et ses acteurs/danseurs seront proposés au public.

Remède ou poison, le médicament fait partie intégrante de nos vies. La bonne dose de médicaments pour la bonne dose d’émotions… afin qu’elles ne dépassent pas les proportions acceptables, traçant la limite entre ce qui est normal et anormal. Une explosion de mots, de maux, de corps poétiques, de formes atypiques!

Pour illustrer ces réflexions, Les Productions des Pieds des Mains imposent aux artistes “conventionnels”, d’autres artistes présentant une déficience intellectuelle.

De toute manière, qu’est-ce que la normalité?

Durée : 1h – Danse-Théâtre

Chorégraphie et mise en scène : Menka Nagrani

Texte : Alexis Martin

Interprétation : Marc Barakat, Carl Hennebert-Faulkner, Jean-François Hupé, Nicolas Labelle et Eve Pressault, Mireille Camier

Répétiteurs : Alexandre L’Heureux, Marie-Soleil Pilette

voir le site de la compagnie

 

 

“IL N’Y A PAS DE COEUR ETANCHE”

De Julie Rey et Arnaud Cathrine

  Samedi 9 juin 19h30  Tarif 10€ et 6€

Julie Rey et Arnaud Cathrine ont voulu savoir de quoi était faite cette frontière de ceux “qui vont bien” de “ceux qui vont mal”.

Pendant un an, ils se sont donc rendus à l’hôpital tous les mois, ont rencontré des patients volontaires, ils ont fait connaissance. Une fois installée la confiance, ils ont découvert la voix de l’humain qui souffre, qui se bat et résiste, mais aussi un creuset d’histoires simples, tout simplement humaines. Beaucoup d’ordinaire…

Une histoire de vie et de survie, plutôt qu’une histoire de folie.

Les deux artistes ont choisi de jouer sur scène tour à tour tous les rôles : le leur bien évidemment et également celui des patients. Le tout accompagné en musique, afin de cultiver l’interdisciplinarité qui leur est chère.

Durée : 1h30 – Théâtre

Textes, interprétation : Arnaud Cathrine et Julie Rey

Compositions : Julie Rey

Conseillère artistique : Ninon Brétécher

Son : Samuel Babouillard

Lumière : Emanuelle Petit

Conception des images en scène : Arnaud Cathrine, Antoine Dezelli

Montage : Antoine Dezelli

 

 

 

 

SALLE LOUIS JOUVET

“CHEZ LES FOUS”

Cie Procédé Zèbre

1 ChezlesFOUS

 

Mercredi 6 juin 19h30 Tarif 10€ et 6€

Entrer chez les fous, c’est un peu entrer comme chez quelqu’un qu’on connait pas bien, c’est pas un voisin habituel, c’est pas un ami qui nous veut du bien mais ce n’est pas hostile non plus…

Chez les fous, même s’il est question de folie, c’est surtout un dispositif très rassurant : un cube constitué de tissus légers, blancs, écrus… La lumière qui passe à travers de l’extérieur nous rappelle la lumière du soleil, apaisante (expérience de la luminothérapie ???). Mais une fois nos deux acteurs en scène, ils se retrouvent face à face dans ce miroir et en deux sets la partie de plaisir sera jouée : l’instant présent, si important chez l’acteur, est une constante chez la personne psychotique. La sensation d’être vivant, du spectacle vivant est renforcée par la sensation d’évasion dans ce lieu fermé. Celui que l’on croit fou, où est-il vraiment ?

Crée en 2003 à partir d’un reportage réalisé par Albert Londres en 1925, ce spectacle va au-delà de la simple dénonciation des mauvais traitements réalisés dans les asiles psychiatriques. Venant de quelques décennies en arrière, ce témoignage soulève une question cruciale : avons-nous réellement progressé ? Sommes-nous sûrs d’avoir aujourd’hui les traitements appropriés ?

“Notre devoir n’est pas de nous débarrasser du fou, mais de débarrasser le fou de sa folie.”

Albert Londres

Durée : 1h30 – Théâtre

Texte : Albert Londres

Mise en scène : Fabrice Dubusset

Avec : Arnaldo Ragni et Philippe Bonacossa

Scénographie : Sylvain Desplagnes

Musique : Piero Corso

 

 

ESPACE CULTUREL François Mitterrand (Canteleu)

“CATALINA IN FINE”

Théâtre du Cristal

http://www.artsenfolies.org/theatreducristal/images/morfeoshow/photos__cata-1555/big/p10.jpg

Vendredi 1 juin à 14h30 (scolaires) et 19h (tout public)  Tarif 5,40€ 3,20€ réduit et 2,10€ enfant -12ans

A partir de 8 ans

Dossier pédagogique 

Site de la compagnie

Catalina est une petite fille de 13 ans, rebelle et enjouée, une Zazie moderne qui met du désordre et de la vie là où elle passe.

Mais Catalina cache une anomalie. Elle a deux visages. L’un devant, l’autre derrière la tête, « l’un qui rit quand l’autre pleure, l’un qui vit, l’autre qui meurt ».

Catalina débarque dans l‘atelier d’Honorin et se fait adopter par ce vieil ouvrier solitaire qui traîne incognito une jambe de bois.

Pourtant, tout oppose le vieil homme casanier, pétri de certitudes, rassuré quand rien ne bouge,

et la jeune fille qui veut transformer l’usine et tout remettre en question.

Sous l’impulsion de Catalina, les machines se mettent ą produire des articles de voyage de toutes les couleurs…

Le texte de Fabrice Melquiot est un vrai tour de force. Il s’en dégage une profonde joie de vivre.

L’espoir et le rire y sont omniprésents alors que la pièce met en lumière le tragique de l’existence humaine.

L’écriture mêle de façon jubilatoire et toujours inattendue des styles très différents, des répliques au tac au tac à la rêverie poétique,

du comique de situation jusqu’au propos philosophique. Les relations d’Honorin et de Catalina, pleines de fausses rivalités et de vraie tendresse,

le décalage des personnages et la langue ciselée de Fabrice Melquiot font de ce spectacle un bijou de poésie et de plaisir partagé.

Fabrice Melquiot a écrit de très nombreux textes notamment destinés au jeune public.

Auteur associé au Théâtre de la Ville de Paris, il poursuit une relation suivie avec Emanuel Demarcy-Motta qui a créé plusieurs de ses pièces.

En 2008, il a reçu le Prix Théâtre de l’Académie Française pour l’ensemble de son oeuvre. Ses textes sont traduits et représentés dans une douzaine de langues.

L’Arche est éditeur et agent théâtral de Catalina in fine

Texte de Fabrice Melquiot

© L’Arche Editeur

Mise en scène : Olivier Couder

Collaboration à la mise en scène : Patricia Zehme et Yves Gourvil

Avec : Thomas Caspar, Trang Lam Olivier Couder et Yves Gourvil

Création musicale : Stéphane Leach

Décors : Jean Baptiste Manessier

Costumes : Philippe Varache

Création masque : Alaric Chagnard

Création lumière : Marie-Hélène Pinon

Régie : Stéphane Brunier et Gérard Dold

 

 

Rendez vous devant la Chapelle Saint Louis place de la Rougemare (Rouen)

 

“HP BLUES”

dessin-Betty-Berlier.jpg

Samedi 9 juin à 21h

 

Conception et réalisation: COLLECTIF PARCE QU’ON EST LÀ

Avec : Betty Berlier, Renée Defaÿ, Axelle Péchaire, Chantal Lambert

Musique : Frédéric Laigle

Mise en scène : Bruno Boussagol

Coordination :Martine Bonnefoux

Production :BRUT DE BÉTON PRODUCTION

 

Dans nos villes vivent des humains qu’on efface.

Ils sont sans visage, sans bruit, sans nom.

Ils prennent la forme des murs, des chantiers, des caves.

Ils tournent autour des gares sans jamais s’échapper.

Par la force de l’art nous allons connaître quatre femmes de l’ombre.

Elles vivent seules, discrètement, sobrement, subtilement.

Dans une impasse, une cour, un passage.

Rescapées de l’enfermement psychiatrique, elles tentent d’accorder leur psychisme aux méandres de la cité.

Manger, dormir, se protéger des intempéries.

C’est l’essentiel !

Mais aussi parler, chanter, écrire, dessiner.

Ça arrive !

Abime de la vie, secrets à fleur de bitume.

Elles étaient comme nous.

C’était hier, c’était il y a longtemps.

Justement c’est ce qui nous est proposé par la magie du théâtre.

Théâtre dans la rue, ou plutôt dans les interstices de la ville.

Déambulation par petits groupes de 25 personnes d’une «station» à une autre.

Le «campement» comme une petite scène de vie devant laquelle on s’autorise à rester, à regarder, à écouter.

Une sorte d’inconscient collectif émerge de ce fatras de mots, de sons, de couleurs.

Familier, libertaire, insolent, joyeux, poétique.

 

 

Halle aux Toiles (Rouen)

 

“L’art est la question”

affiche

Vendredi 8 juin à 18h Tarif unique 3€

Une conférence-lecture conçue par Didier Aubert (Professeur d’Esthétique à Paris III), Perrine Maurin (metteur en scène) et Lino Tonelotto (artiste plasticien).

Avec la participation de Jean-Marc Desmond et Pénélope Parrau (lecture)

 

Evoquant les rapports de l’art au corps, au pouvoir et au langage, Didier Aubert, professeur d’Esthétique à Paris III, invite deux comédiens à lire des textes de Hans Bellmer, Sarah Kane, Barbara Kruger, Jean Dubuffet (et bien d’autres invités) afin d’illustrer sa théorie comme quoi “toute expression est une douleur déplacée.

Dans “L’art est la question” le désordre de l’art se confronte au savoir institué. L’art est la question mêle lectures, danse, vidéo, musique… et conférence!

 

“L’art est la question” : une conférence sur l’art où le désordre de l’art se confronte au discours de “savoir” partant de la théorie de Didier Aubert, professeur d’Esthétique à Paris III, comme quoi “Toute expression est une douleur déplacée.”

AfficheDef03Jeudi 31 mai à 18H au théâtre de la Foudre forum/rencontre sur “le papotin, journal atypique” en présence de Driss El Kesri et “des papotins”.

Suivi d’une projection des interviews réalisées le matin même (Frédéric Sanchez et Olivier Saladin sous réserve). Le journal le Papotin sera en vente sur place.

Possibilité de se restaurer entre le forum et le spectacle.

Entrée libre mais réservation très conseillée au 02 35 03 29 78

 

Mardi 5 juin à la Chapelle Saint Louis à l’issue du spectacle« Déversoir », rencontre avec Angela Laurier

Souvent, les histoires familiales, personnelles entrent en résonnance avec les parcours artistiques des créateurs et façonnent leurs œuvres. De ce point de vue le travail d’Angela Laurier est très éclairant, c’est aussi un parcours de femme et de créatrice.

En présence de professionnels de la thérapie familiale et de membres de l’association “H/F Normandie” qui milite pour l’égalité homme/femme dans la culture.hf logo

 

Mercredi 6 juin à 17h30 à la Halle aux Toiles rencontre avec Joël Kérouanton pour la sortie de son livre “ça déchire à Rouen” aux Edition du Champ social, cette rencontre sera animée par Dominique Panchèvre directeur de l’Agence Régionale du Livre de Haute Normandie.

 

Mercredi 6 juin salle Louis Jouvet à l’issue du spectacle « Chez les fous », rencontre avec Fabrice Dubusset, metteur en scène.

Comment les médias nous parlent de la folie aujourd’hui

 

Jeudi 7 juin  à 18h00 à la librairie l’Armitière : rencontre avec Hugo Paviot auteur et metteur en scène du spectacle “Les culs de plomb”

 

Jeudi 7 juin à la Chapelle Saint Louis à l’issue du spectacle « Pharmakon », rencontre avec Menka Nagrani et les actrices et acteurs de la compagnie Des pieds et des mains.

Comment ces spectacles différents, singuliers sont produits au Québec, y a-t-il un réseau pour leur diffusion, festivals ou autres. En présence de Nicolas Roméas directeur de la revue Cassandre/HorschampLogo Cassandre-Horschamp fond-blanc-red800 revue qui porte depuis 1995 les valeurs d’un art en prise avec la société dans la lignée des combats de l’après-guerre, fait avancer les idées et lutte contre l’endogamie. Son travail est celui d’une «nouvelle critique» qui ne se contente pas de juger l’«objet», mais appréhende le geste de l’art en prenant en compte la relation à l’histoire, aux populations et aux lieux.

 

 

Vendredi 8 juin à 17h30 Soirée en partenariat avec le Département de Seine Maritime (Directions de la citoyenneté et la culture) – Salle des conférences du Département de Seine Maritime (entrée rue Saint Sever)

Projection du film documentaire « Un monde sans fous » de Philippe Borrel (durée 67’)

Débats en présence d’invités et de l’équipe du spectacle « HP BLUES »

Entrée libre sur invitation

Renseignements et réservation à partir du 30 mai 02 35 63 82 16 ou art.et.dechirure@gmail.com

 

Cette année encore les expositions d’arts plastiques mêleront de nouveaux artistes découverts par Joël. Des créateurs peu ou mal connus, issus de tout milieu le plus souvent étranger à toute formation artistique, hors des circuits commerciaux et indemnes des conditionnements culturels, des créateurs inspirés proches de l’art brut et des arts populaires. Nous pouvons citer Francis Marshall dont personne n’a oublié la superbe exposition que nous lui avions consacré en 1996 ce sera pour nous l’occasion de mesurer l’évolution de son travail. Cette année on peut remarquer que nombre d’artistes étrangers font leur entrée au festival, Annie Kurkdjian du Liban, Dominique Renard de Belgique, Carla Quaglia du Mexique… Comme toujours, les oeuvres seront installées à la Halle aux Toiles, à l’Hôtel de Région où seront exposées les oeuvres du CATTP de Yerres, à la Chapelle Saint Julien de Petit Quevilly où nous pourrons découvrir l’oeuvre bouleversante de Inès Lopez Sanchez Mathély et à l’Espace culturel François Mitterrand de Canteleu où seront présentées les photos de Florence Brochoire.

Tous les artistes ne sont pas présentés ci dessous, nous vous invitons à venir les découvrir dans nos 3 expositions:

– Halle aux Toiles de Rouen place de la Basse Vieille Tour du 30 mai au 10 juin de 10h à 19h tous les jours (les vendredis 21 de 10h à 22h) Tarif 3€  Tarif réduit 1,50€

– Chapelle saint Julien à Petit Quevilly : Ines Lopez Sanchez Mathély du 30 mai au 10 juin de 14h à 18h tous les jours entrée libre

– Hôtel de Région 5 rue Robert Schuman Rouen :  du au 30 mai au 10 juin de 10h à 18h tous   les jours entrée libre

– Espace Culturel François Mitterrand (Canteleu) : Florence Brochoire du 30 mai au 10 juin entrée libre

 

– Renseignement concernant les expositions : Joël Delaunay 02 32 95 11 78 ou art.et.dechirure@gmail.com

 

HALLE AUX TOILES
Nicole Bayle

 

Nicole-Bayle-tricot-vue3.jpg

 

Le temps recensé

 

Elle vit avec sa sœur dans une maisonnette à Dieppe. Sans téléphone portable et sans internet, elle écrit des lettres. C’est ainsi que La Halle Saint Pierre, le Musée de la Poste, celui de l’Érotisme et… Artension, se sont intéressés à son œuvre. D’autres artistes peignent, découpent, collent, tricotent ou écrivent comme elle. Nicole suit cependant une implacable logique personnelle qui ponctue le rythme de ses journées, comme une horloge à images, comme un cœur palpitant. Sur son tricot formidable, une iconographie colorée apparait. Des synthèses, des réminiscences archétypales, figures fabuleuses évoquant les religions du monde. « Je suis faite de la même matière que le rêve » dit-elle. Ses personnages stylisés, ses animaux et oiseaux, tombent entre les points comme des étoiles dans le cosmos, comme des hasards correspondant à une réalité parallèle. Car elle ne travaille pas avec un projet conçu à l’avance, ni comme en couture avec un patron. « Quand je travaille, je m’installe dans une autre dimension ». Le temps engendre l’œuvre et l’œuvre lui renvoie la balle…partie de tennis abstraite et essentielle. Le destin y est inscrit, tissé, noté tout comme la vie propre de Nicole, dans ce jeu où le hasard et les coïncidences font surface dans l’œuvre. « J’ai l’impression en évacuant de mon esprit ces formes étranges, de commettre un acte aussi important, aussi nécessaire que boire, manger ou dormir ». Volonté créative pugnace… « Je tricote uniquement le soir devant la télé, entre sept et onze heures, à raison de quatre à cinq rangs par jour. J’arrêterai à ma mort ». L’œuvre de cette artiste singulière recense, sauve, retrouve le temps, dans l’urgence d’un quotidien qui l’ennuie. Chaque 13 juillet, Nicole déploie son tricot sur les galets de Dieppe, face à la mer. C’est le seul endroit où, une fois par an, elle peut le voir en entier.

 

Nicole Bayle

Par Iléana Cornea

 

 

 

Pierre Amourette

 

pot ardoise-21-copie-1

 

Il y a 12 ans Béatrice Soulié (galeriste à Paris) m’a proposé d’exposer mon travail. J’ai accepté pour une fois, puis…il y a eu une suite. j’ai appris à utiliser la terre en autodidacte.
En ce moment, je suis intéressé par les émaux à la cendre. Avec un copain, on a construit un four à bois qui monte à 1300° et je cuis également au gaz. Je travaille aussi sur les inclusions d’ardoise  dans la porcelaine. J’aime bien, dans les pièces que je suis amené à réaliser, proposer des histoires ambivalentes où chacun peut construire sa propre lecture. Si cela est vrai, j’aime bien l’idée que mon travail participe de l’histoire universelle de la poterie. Pour ce faire, je me nourris des images du passé et du présent. J’espère que mon travail suscitera chez l’observateur de l’émotion.

 

Angélik Barré

 

PRINCESSE

 

“Glauque”, “joli”, “surprenant”, “bizarre”, “particulier”, “marrant”, “surréaliste”, “vulgaire”, pas mal d’adjectifs ont été utilisés pour qualifier mon travail. Ils révèlent tout à fait ce que je cherche à montrer à travers mes toiles : une opposition entre un visuel “joli” et un texte “glauque”. Mes toiles jouent sur les mots, font du second degré, mélangent réalisme et illustrations, utilisent la couleur tout comme le noir et blanc, se composent dans un joyeux bordel organisé où tout s’entrecroise, se superpose, s’oppose de manière à ce que chacun y fasse son interprétation. Mon processus de travail est simple : j’observe, j’écoute; le quotidien m’inspire quelques mots que je griffonne sur mon calepin et après j’improvise à même la toile. Je travaille à l’intuition, je me laisse guider par mes pinceaux au grès de mon humeur. Pour ce qui est de la technique, tout est peint et j’y tiens! Pour les visages réalistes je redessine des photos trouvées ici et là : des inconnus, des amis, la famille et si je ne trouve pas l’expression ou l’angle qui me convient je prends mon miroir et fait mes grimaces…, pour les illustrations, pas de modèles, juste un miroir pour les expressions et quelques mise en situation pour les postures. Autant vous dire que mes toiles sont très personnelles, vous y rencontrerez ma grand- mère, mon neveu, le fils d’une amie, moi… et vous y lirez une partie de mon quotidien. Mais ne vous attendez pas lire en moi comme dans une toile accrochée; l’ambiguïté, les différents niveaux de lecture et les sous-entendus restent mes maîtres-mots. Petite mes crayons ont été mon moyen d’expression favori pour me faire comprendre, pour me défouler, pour évacuer, devenue adulte rien n’a changé.

AngéliK Barré

172 rue des 7 mares

27160 sainte marguerite de l’autel

 

 

 

arimage

 

P1060093

 

L’association arimage organise avec le soutien du Centre Hospitalier Sud Francilien des manifestations à partir du travail réalisé dans des ateliers de pratique artistique conduits par des artistes au sein de deux secteurs de psychiatrie à Corbeil-Essonnes et Vigneux-sur Seine.  arimage*  fêtera cette année à la fois les 20 ans de sa création  et  aussi  de sa première participation au festival Art et Déchirure en 1992. Les productions présentées sont  issues de deux ateliers de peinture.

Le premier atelier est animé par Sabine Stellittano à la Maison des Jeunes et de la Culture Fernand-Léger à Corbeil-Essonnes et présente un travail autour du thème du portrait : Si le tableau est l’objectif à atteindre, comme pour le randonneur l’est le sommet de la montagne,  c’est bien la marche, la « démarche », les choix, les poses qui nous conduisent au « belvédère ». Cette randonnée picturale se passe dans un atelier partagé dans la convivialité, une promenade ensemble, les tableaux ont donc aussi une histoire commune. Voilà pourquoi ils sont exposés les uns près des autres, dans un échange silencieux.

Le second atelier est animé par Vonie Blauwart au CATTP de  Vigneux-sur-Seine et travaille lui sur le thème de la nature : Images rapportées de stages, de sorties en forêt, de moments volés en balade ou simplement du jardin entourant l’atelier. Chaque élève initié à différentes techniques choisit celle où il se sent le mieux à l’aise et le format adapté à sa vision, rien n’est imposé, la liberté surtout ! Vonie Blauwart a poussé ses élèves vers une expression instinctive, rapide, nerveuse, ne pas se perdre dans les détails, viser l’essentiel. Il s’agit d’un faire ensemble où soignants et soignés partagent une même expérience avec ses pointes de butée, ses moments d’humour et ses traversées heureuses. Belle surprise quand les personnalités émergent et se précisent enfin.

 

 

 

ART MANIAK

 

artetdech1

 

Les techniques Changent, et on peut parler de la peinture en faisant une sorte d’histoire des techniques de la peinture. Mais ce qui fait la peinture et qui est toujours la même chose, le sujet de la peinture, ça, on ne peut pas l’expliquer, cela me semble impossible.

Francis Bacon.

Entretiens avec Michel Archimbaud.

 

 

 

Alain 

 

autoportrait

 

“En venant au Chantier (atelier d’arts plastiques du Centre Hospitalier du Rouvray), je trouve du réconfort auprès des gens que je côtoie.

Le fait de peindre, de rencontrer des personnes ayant la même passion que moi, m’aide à surmonter ma maladie.

Quand je peins, j’extériorise la souffrance que je ressens. Mes aquarelles sont des portraits d’amis, autoportraits, montrant des expressions différentes de joie,

de tristesse, … “.

 

 

 

François Bidaud

 

tant qu-il y aura des oiseaux1

 

L’homme qui soude accorde les éléments. Par ce geste, celui-là relie l’humanité car toute soudure est un acte de générosité pour rassembler les débris et les richesses du monde. Unir les formes à jamais équivaut à hurler contre la solitude et les vaines prétentions individuelles. Quand François Bidaud soude, il sait que par ce geste il réalise la métaphore de l’acte social d’excellence. Si la complexité de ses assemblages prouve la difficulté d’un tel sacerdoce, la couleur en dissipe l’effort car la pudeur l’oblige.

C’est bien que l’on rit et que l’on s’amuse de cet univers charmant avec ces valses d’enfants et ces corps enlacés, mais il fit aussi Gaza et ses danses macabres car l’art est le livre où s’écrit l’entier du monde. L’alentour où l’on essaie de se mouvoir parcourt mille traverses, soyons-lui en gré de ne pas l’oublier… Et de ne pas nous en asséner que les torrents de pleurs.

 

 

 

Carla Quaglia

 

DSC03355

 

Situé à San Cristobal de Las Casas au cœur de Los Altos du Chiapas au Mexique, l’atelier « Obras de Sobras » vous propose de partager une autre vision du recyclage des ordures.

Parce que les ordures ne disparaissent pas par enchantement et encore moins dans notre Etat du Chiapas, en tant que citoyens du monde nous avons le devoir de le protéger. Prendre conscience et faire prendre conscience aux autres que le recyclage n’est pas une mode mais une nécessité : voici l’objectif de Obras de Sobras.

Découvrez avec Carla en plein centre-ville de San Cristobal ou au sein même des communautés indiennes avec qui elle travaille en permanence comment faire de nos ordures des créations originales et UTILES !

 

 

 

 

  Véronique Leprévost

 

Oeuvre de V.Leprévost

 

“Ma démarche artistique met en scène la Femme : sa beauté, ses désirs, ses mystères, ses fantasmes… La Femme et son univers, un regard subjectif sur sa réalité intérieure, ses forces et ses faiblesses, sur ce qui l’habite et la sublime. Une femme parmi les autres, d’un certain point de vue son universalité. “C’est ici la case sacrée où cette fille très parée, tranquille et toujours préparée” de Charles Beaudelaire Les Fleurs du Mal.

 

 

 

 

 Christelle Marais

 

DSC_1010.JPG

 

J’ai laissé mes baigneuses, inconscientes et légères se rouler dans les vagues au pied de la falaise, et se livrer, avec le plus grand sérieux, à leurs dérisoires jeux de plage.

Maillot mouillé au fond du sac, coup de soleil sur le nez, et paupières encore rougies de sel, j’ai remonté lentement le chemin vers le village.

Et, comme pour parer d’avance au regret des vacances , j’ai poussé la porte du bazar de la plage.

Là, dans la lumière poussiéreuse et dorée de la fin août, j’ai découvert un fabuleux fourbi : coquillages et crustacés, sirènes et matelots, petites saintes maritimes destinées à garder les marins du naufrage, boîtes à trésor, mouettes empaillées, nageuses en maillots rayés, cabines de plage en éponge…

Tous, objets émouvants dans leur vaine mais jolie tentative de mettre en boîte l’écume et le varech, le cri des mouettes et l’odeur de l’iode, les terribles légendes et les merveilleux souvenirs.

Et pour moi, l’illusion de rendre plus doux le retour, en glissant au fond des valises, ces éclats ternis de mer et d’enfance.

 

 

 

 

Claire Léze Schmite

 

sculptures 2012 163

 

Mes sculptures ont pris naissance lors de mes promenades en forêt,celles automnales et flamboyantes, lorsque l’été se meurt. Morceaux de bois offerts sur les bords des chemins. Puis, dans l’âpreté des journées hivernales, lorsque les branches décharnées,  offrent leur nudité à la main tendue. Au bord de la mer également, lorsque le bois, après un long voyage vient se poser sous mes pas ensablés. La ville m’a également offert ses cadeaux abandonnés, boîtes en métal livrés à la pluie, patinées, polies, fils de fer déposés en bouquets incongrus,tôle émouvante,morceaux de caoutchouc endormis au creux d’un pneu inutile . Tous ces matériaux inanimés ne demandent qu’à reprendre vie, et dans la passion de mon atelier, je me laisse emporter par leur douce présence . Mes mains trouvent le chemin vers mes thèmes de prédilection, le corps dans toutes ses expressions: abandon, volupté, douceur, féminité. Le couple, dans ses étreintes amoureuses, parfois douloureuses. Mes sculptures reflètent ce que je capte de la vie, bonheurs et tourments. Intensité d’une pause, insouciance du pli d’une robe haute-couture, concentration du lecteur attentif…Ces postures volées aux mille petits instants de l’existence nourrissent mon travail. Il est  la rencontre entre mon propre regard sur le monde et ce que j’ai de plus secret, mes émotions.

Fabien Chevrier

DSC 1437

« Les portraits de Fabien Chevrier nous regardent avec une insistance et une intensité telles, qu’il n’en faudrait guère davantage, pour que nous baissions les yeux. Ces visages flottent dans l’ombre, parce qu’ils sont issus de notre fond d’obscurité ».

J’expose depuis 2003 régulièrement, je mène en parallèle un travail d’écriture sur mon site, ainsi que des performances expérimentales mêlant son et peinture….La performance artistique est devenue depuis quelques années une respiration essentielle à ma pratique artistique, c’est une voie qui s’est ouverte à moi , une sorte de tentative de récupération d’une liberté primitive présente en chacun de nous, elle se nourrie des expériences du Buto  japonais où se mêlent  l’imagerie grotesque, les sujets tabous, les environnements absurdes et extrêmes. La performance en ce sens s’approche des vieilles transes chamaniques ; c’est une  sorte de pont ou  d’état limite entre l’environnement social et moi-même. A  cet endroit la peinture devient une mise en danger du corps tant l’énergie et la violence se concentrent  en un même moment. L’expérience de la performance vise à rendre mon esprit le plus fort possible. Mes idées et mes sens tous les jours bâillonnés  par le lien social qui les  conditionne ,  sont des brigands qui ont dérobé mon esprit originel. La performance entend récupérer mon état initial…..L’immense chance de ma vie a été de rencontrer la peinture, qui ne me quitte jamais, c’est mon unique obsession, elle hante ma vie comme le font les vieux fantômes qui hantent nos mémoires….

 

CHEVRIER12.jpg

 

Fabien Chevrier réalisera une performance le samedi 2 juin de 15h à  17h devant  la Halle aux Toiles

Florence Gratien

DSC 0998

 

Des souvenirs d’enfant affolé ” mon Dieu faites que papa ne rentre pas”, d’adolescente énamourée “mon Dieu faites que CE garçon me regarde”, de parent excédé “mon Dieu faites qu’il ait son Bac”, les VOEUX PIEUX sont ceux qui nous faisaient croire qu’en faisant semblant de fouiller dans notre cartable le prof nous oublierait et interrogerait plutôt notre voisin ou qu’en croquant des mentos notre mère ne sentirait pas qu’on avait fumé..Voeux pieux universels, religieux, naïfs, égoïstes, politiques, thérapeutiques,  voeux de bazar, voeux des pauvres, voeux des vivants pour les morts et SAINTS PATRONS, papas et mamans géants et tout puissants qui nous protègent et nous guérissent, chamanes de Normandie ou de Bretagne, je suis assise et je regarde, je dessine le visible et l’invisible.

 

Florence Gratien

 

 

 

Francis Marshall

 

IMGP6751-2-copie-1.jpg

 

LE PAVILLON DES ORPHELINES

Jusqu’en 1989, il y eut beaucoup de bourrages, dont les Aventures de Mauricette, conservées religieusement à la Fabuloserie Bourbonnais, puis lapeinture est arrivée confidentiellement, enfermée dans des placards. Et puis les placards se sont entrouverts pour mieux montrer les peintures. D’abord des paysages, sur des morceaux de contreplaqué peints avec les peintures de chez Leroy Merlin et fortement encadrés avec des textes et des titres. Quelques personnages sont venus animer le paysage (L’enfant à la jupe écossaise à l’air triste, Le monsieur bien coiffé à l’air sévère). Ils jouent, comme au cinéma, des images de films jamais tournés : Collège du Rosaire, Les jours heureux, Le pavillon des orphelines…

2010. Le temps était venu de tout rassembler. Après l’entrée ouest, voici la porte sud du Château de la solitude. Elle est composée de plusieurs morceaux d’époques différentes (comme dans tous les chateaux). Des bourrages, très usés par le temps et les intempéries, se mêlent à des peintures fraichement peintes, pendant qu’une voix ferrée s’enfonce dans l’obscurité. Un peu plus loin, on découvrira le Pavillon des orphelines « princesse Eudoxie », avec son directeur et son unique pensionnaire à la beauté du diable.

 

 

Chong Ran Park

 

IMGP6787-2--45x30cm-.jpg

 

Minimania

 

Petit jardin

Petit oiseau

Petite maison

Petit chat

Petit crayon

Petit pinceau

Petite table

Petite chaussure

Petit objet

Petit papier

Petit bol

Petit tableau

Je suis minimaniaque.

 

 

Jean Michel Chesné

 

161

 

Né à Paris en 1959, Jean-Michel Chesné dessine et peint depuis bientôt 30 ans ; c’est en effet au début des années 80 qu’il se passionne pour l’art mais sa visite au Palais Idéal du Facteur Cheval à Hauterives en 1992 sera un véritable choc qui orientera définitivement son goût vers l’Art Brut et aura une incidence radicale sur son travail à tel point qu’en 1997, il entame la construction d’une grotte-chapelle recouverte de mosaïques au fond de son jardin qui fait régulièrement l’objet d’articles dans la presse.

C’est un autodidacte à la recherche de techniques nouvelles et de matières au service de créations de tout ordre. Il fonctionne par séries afin d’exploiter au maximum ses nouvelles idées et passer ensuite à autre chose. C’est ainsi que l’on peut voir dans l’ensemble de son œuvre des dessins anthropomorphes à l’encre ou à la craie, des fantaisies colorées aux crayons de couleur, mais aussi des têtes en céramique ou des sculptures en plastique fondu. Un grand écart entre les thèmes et les techniques qu’il assume pleinement tout en conservant un style très personnel. Son principal moteur étant l’imaginaire, cet artiste ne peut se cantonner au cadre restreint de la toile ou de la feuille de papier.

   Récemment, son travail a pris une tournure particulière. Il s’agit de dessins qu’il appelle lui-même «dentelles»  à l’encre blanche, où l’on retrouve des animaux ou des êtres hybrides issus d’un imaginaire fantastique ; Des silhouettes d’où émane une vibration, une tension dynamique entre le noir et le blanc ; le contour très découpé, sinueux en même temps, montre des personnages parfois en mouvement, évoquant la gestuelle du danseur ; l’intérieur organique ne contrariant pas la grâce de l’ensemble. On y retrouve également des constructions totémiques complexes alliant le païen et le sacré.

Un peuple  fantasmagorique, créatures inquiétantes et séduisantes à la fois, émergeant du plus profond de lui-même, dans cet état particulier entre concentration et rêverie. Les dessins de Jean-Michel Chesné peuvent rappeler certaines peintures tribales de l’Inde par leur technique, mais aussi les génies de la mythologie japonaise ou chinoise, même s’ils sont en fin de compte, irréductibles à toute référence, sauf celle, intime, de l’artiste.

Impliqué et actif dans le monde de l’art Brut, on peut également retrouver ses textes dans les revues consacrées à cette forme d’art (Raw vision, Création franche,  Zon’Art etc.).

Collaboration à la revue Gazogène depuis 10 ans.

Témoignage dans le catalogue de l’exposition Chomo – Halle Saint-Pierre 2010

 

 

Annie Kurkdjian

 

AK 1

 

Ma peinture est figurative et axee essentiellement sur le personnage humain. J’utilise l’acrylique et le pastel et mon support c’est la toile ou le carton.

Je peins des hommes et des femmes ,dans des situations penibles ,faisant face a des mechantes surprises et luttant pour pouvoir s’adapter a des conditions inadaptables.

Ce sont des creatures qui veulent se depasser, qui cherchent le salut, mais qui sont bloquees chacune dans son piege.  

Alors, dans ce prison etroit, on tatonne pour trouver l’issu. On tatonne son propre corps, ou le corps de l’autre, qui peut etre un humain , un animal ou une chose. On explore par le bout du doigt, une plaie, une dechirure, et c’est deja le debut d’une identite , une ouverture vers la delivrance.

Mais parfois cette quete vers l’absolu echoue et le chemin s’aliene; le monstrueux se dessine avec son visage bizarre et terrifiant.

Les personnages que je peins ont un caractere enfantin; ils sont immatures , boulimiques, obeses et fragiles. Les extremites des membres sont souvent minuscules relativement au reste du corps qui est parfois immense.

Cela rend l’equilibre fragile et cree devant le personnage une necessite de s’assoir, de se coucher, de voler, de nager ou de grimper sur le dos de quelqu’un de plus solide.

J’aime utiliser la peinture d’une maniere lisse et j’aime les grandes surfaces vides dans une toile, comme Bacon. J’ai tendance a elaborer les lignes pour les rendre nettes et precises.Pour moi, une surface extremement calme et silencieuse est le meilleur miroir pour refleter le terriblement ambigu qui reside dans les profondeurs .

 

 

 

GEM 76

 

IMG_2719.JPG

 

Le Groupe d’Entraide Mutuelle ARC EN GEM 76 (Association loi 1901) est un lieu d’accueil ouvert tous les jours aux personnes en souffrance psychique. Le GEM développe l’entraide et la solidarité entre les adhérents en s’appuyant sur les loisirs. Son atelier Arts Plastiques, animé par Pascal Carrier, fonctionne depuis avril 2008. Il s’appuie sur la convivialité et l’entraide pour permettre à chacun de s’exprimer en fonction de ses envies et de ses choix esthétiques. Ainsi, en 2011, le groupe constitué fait le choix de s’orienter sur le dessin plus précisément sur un travail autour de la BD. Le groupe est très hétérogène puisque certaines personnes sont novices alors que d’autres sont plus expérimentées. La pédagogie de cet atelier hebdomadaire est de valoriser chacun afin qu’il soit fier de ses progrès et de ses travaux. Dans cette optique, l’approche des techniques artistiques se fait au travers du ludique : jeux avec les lumières, les couleurs, les matières… Ainsi chacun peut  évoluer, expérimenter et trouver sa voie…

 

 

 

Sandrine Lepelletier

 

 

sandrine-lepelletier2.JPG

 

Levi-Strauss nous raconte que chez les Yurukarés, une peuplade qui vivait aux pieds des Andes, les femmes –seules autorisées à faire de la poterie- travaillaient à l’abri des regards sous une hutte, dans un complet silence, « convaincues que si elle disait un seul mot leurs pots se fendraient à la cuisson. »

 

Sandrine Lepelletier, elle, vit à Rouen en 2012, et non pas il y a trois siècles dans la forêt vierge.  Mais, on l’imagine volontiers dans le silence de son atelier, retrouver la solennité des femmes Yurukarés travaillant l’argile. Aujourd’hui encore donner forme et visages à des créatures, fixer leur âme dans le feu de la cuisson, sont des opérations magiques qui en appellent aux 4 éléments : terre, feu, eau et air. Un contact direct avec la nature –spécialement à travers la technique du « raku » qu’utilise Sandrine- qui télescope les époques et les continents et rejoue à chaque fois le geste du démiurge fabriquant ses créatures.

 

Intensité de l’expression, clarté de la structure, simplicité de la technique : les œuvres de Sandrine sont des créatures : les yeux et les bouches percent des visages et ameutent le cirque des affects : la surprise, l’angoisse, la colère,  les cris…  Toute une violence qui s’exprime, immédiatement contenue et neutralisée par le tronc de terre qui soutient l’ensemble. Bref des œuvres qui s’approprient les souffrances humaines. La céramique, art-thérapie ?  Bien sûr, car on reprend des forces dans ce rapport direct à la fabrication, à la terre ; mais passées par l’épreuve du feu, les créatures s’animent, s’émancipent et entreprennent, selon la formule d’Artaud, de « guérir la vie ». 

 

Guillaume Goujet   

 

 

Lili Tonnemans

 

 

IMG_2612.jpg

 

REVOLUTION

Que ce mot est plein de sens,dans ce cas précis.La dictature d’un seul homme contre son propre peuple,
et l’horreur la plus insupportable à voir et à subir.Je sens en moi comme un devoir d’humanité envers cette
souffrance inutile et injuste . Toutes les hommes du monde devraient ce soulever contre cette minorité de
primate.Qui pense que la terre et son peuple ne sont que des pions? La liberté devrait être notre culture.
Ce que je peints c’est leurs victoires dans leurs souffrance.” La terre à ses failles,mais je ne tomberai pas dedans.”

 

 

Marc Defolny

 

DSCN0044.JPG

 

J’ai commencé à peindre il y a trente ans .Suite à des périodes sans emploi, connaissant des relations aux Beaux-Arts de Rouen, bon sujet en art plastique durant ma scolarité je me suis intéressé de plus prêt à la peinture. La Grèce classique, Renaissance Française et Italienne, les Flamands, les peintres Anglais et Allemands du 19 ème, l’art contemporain. Participation  aux cours du soir de l’Aître Saint Maclou avec  Monsieur de Montauban Chapuis professeur, école de dessin.

 

 

 

Marie Françoise Valois

 

 

01.jpg

 

Poupées silencieuses est une série de tableaux dont la finalité est l’expression des blessures de l’enfance de Marie,Françoise Valois.

L’hypocrisie des tabous d’une société du silence, la culpabilisation du péché transmise par une éducation religieuse stricte la maintenait dans un  carcan . Face aux évènements qu’elle vécut, il ne pouvait se produire en elle qu’une déchirure, écartelée qu’elle était entre son besoin de vérité et ce silence imposé. Dans ses tableaux elle utilise des poupées anciennes bléssées par le temps et des objets du passé témoins de la vie quotidienne ou chargés de symbole . La mort souvent présente , nous rappelle que si tout est vanité, ces blessures de l’enfance nous accompagnent toute notre vie .

RG Paris 211

 

 

Mario Chichorro

 

2010---Les-corps-flottants---76X56----Acrylique-sur-papier.jpg

 

Mario Chichorro serait plutôt un conteur dont les anagrammes,contrepéteries et autres calembours purement visuels s’enchaînent, formant un discours de mots-images presque toujours bifrons, qui s’entassent et s’interpénètrent, en toute ambivalence, pour exprimer le flot d’une pensée quasi inépuisable. C’est aussi un contestataire. Artiste roman égaré en ce siècle, un peu comme Brassens avait un pied dans le Moyen Age, il appartient à la famille de ceux que l’on aimerait appeler des “médiévaux contemporains” …

 

Laurent Danchin

 

 

Martine Mangard

 

DSCN2032.JPG

 

L’art de bien hériter.  Dans l’armoire du grenier,chez mes grands-parents,dormaient ce que je croyais être des trésors: chapeaux et vêtements de cérémonie précieusement pliés,corsets rose-bonbon,bribes de dentelle,menus objets cassés,bimbeloterie et breloques de fond de tiroir..un vrai ravissement!je déballais en secret ces choses oubliées et les désirais de toute mon âme d’enfant sage.Par la suite ,d’autres qui ne virent pas là un trésor, jetèrent l’ensemble aux ordures.Clic-clac et voilà bon débarras!Qu’à cela ne tienne!à présent je m’invente à mon aise un héritage;je recrée,dans l’esprit d’un cabinet de curiosités,des objets ayant appartenu  à des familles fictives et rocambolesques:épingles à chapeau pour de jolies tantes cruelles,bague à mécanisme d’un vieux dandy,trophées bidons et autres étrangetés.Et parallèlement je continue à mettre en scène d’autres histoires dans des écrins-boites.

 

 

Martine Serrano

 

t-te-au-grand-duc.jpg

 

Martine Serrano est née en Afrique du nord de père espagnol et de mère lorraine. Son enfance dans les paysages africains a été bercée de mythologie, de contes, de légendes . Après des études scientifiques et la construction d’un voilier en acier avec son compagnon, elle part pour le Brésil. De retour en France, la  sculpture s’impose  comme moyen d’expression.  Alliant le sensuel au spirituel, elle invite chacun à se retrouver dans son univers intérieur car comme l’a dit Montaigne “quand je vous parle de moi, je vous parle de vous” . A partir de matériaux récoltés en bord de mer, par assemblage et modelage, elle crée des sculptures et des masques , indépendamment des normes, des règles et des modes elle est à la recherche d’une expression poétique
Afin de m’affranchir du langage. Et par le biais de différentes cosmogonies (chrétienne, brésilienne, grecque) ou de récit mythologiques ( don quichotte), parler du monde d’aujourd’hui, créer des liens avec les différentes civilisations.

 

 

Michel Gouteux

 

005.JPG

 

Un jour de pluie, en vacances, il y a maintenant plus de 35 ans, je suis entré par hasard dans un musée d’art naïf. L’émotion m’a submergé. Depuis je peins sans rien avoir appris.

Il faut dire qu’à l’époque l’art naïf ne s’était pas encore transformé pour des raisons commerciales en art niais. Les artistes exposés avaient tous mis leur cœur à nu. Moi, j’ai plutôt tendance à dévoiler ma part d’ombre, histoire sans doute, de tenter de l’apprivoiser à travers ma peinture. Et que ceux qui n’ont pas cette part d’ombre en eux lèvent le bras pour me jeter la première pierre.

Les soi-disant naïfs me jugent un peu trop pervers, les autres peintres méprisent le plus souvent les naïfs. Je n’ai de place nulle part, ce qui m’empêche de stationner. Et si mes tableaux ne sont pas à vendre, c’est que cela m’évite de m’interroger sur leur valeur et par voie de conséquence sur la mienne. Pour un dilettante narcissique c’est mieux !

 

 

Micheline Jacques

 

micheline.jpg

 

Micheline JACQUES, née à Gand (1933). Créatrice d’une oeuvre  importante et variée de sculptures textiles (tissu de nylon, teint,  noué, cousu, monté sur support de mousse) et dessins. Nombreuses  expositions personnelles (Bruxelles, Genève, Dijon, Beaune, Rouen,etc..)  Suivant le principe de la “série” qui est une des caractéristiques  de mon travail, cette oeuvre est composées de 15 personnages assis,  formant un tout. Evoquant des civilisations anciennes, disparues, ou  imaginaires, l’ensemble joue sur différentes gammes de couleurs,  d’attitudes, decoiffures et de costumes. Les sièges aux allures d’apparat sont des trônes aux dossiers travaillés. Chacun des  personnages se veut imprégné d’un grand pouvoir de méditation :  savoir ou sagesse. C’est pourquoi je les ai nommés “LES SAGES”.  
Suivant la technique que j’ai développée dans l’ensemble de mon  travail artistique, il s’agit de sculptures textiles : voiles et  tissus de nylon teints par moi- même, cousus et fixés sur une  ossature en mousse.

 

 

 

Nicole Baillehache

 

DSCN3540.JPG

 

Corps tatoués

je travaille le modelage, la céramique, le raku, le raku/photo depuis une trentaine d’années, à Rouen, exposant régulièrement dans la région  (Ces dernières années: avec Art des Rives, La Linerie, Expo 8 mars/8 femmes à la Région, à la mairie de Rouen, L’écho du Robec, expo d’atelier…)

 Des thèmes récurant s’installent dans mon travail , je puise mes inspirations à travers mes voyages géographiques et intérieurs … Le  sable, les empreintes, l’estampage, les écritures imaginaires, les  personnages silencieux, femmes de terre, enfants accroupis… de ces éléments, mon  univers, petit à petit s’ organise  et s’enracine ….

  Des lieux, plus que d’autres inspirent… Un récent voyage aux iles Marquises et ce superbe tableau  de Gauguin « Te faaturuma » vu à Londres… Clin d’œil  à Tehura , cette jeune polynésienne de 13 ans que Gauguin pris pour femme … (?)

Mon personnage de terre s’inspire de cette jeune fille… Les tatouages s’imposent alors sur son corps… Aux Marquises, ces dessins, ces graphisme surgissent de si loin …ils sont identitaires , provocateurs, ceux qui les portent fiers de leurs origines, de leur histoire si lointaine, à la fois oubliée et à fleur de peau….   

Sophie Degano

20-d-clinaison-d-une-femme-en-crucifixion4.jpg

 

Mon inspiration est humaine, existentielle. Je fouille dans les couches et sous couches archaïques et primitives de l’être. Le corps est réceptacle des émotions. Des mémoires ancestrales, des liens se forment qui l’enchaînent, le pétrifient, le modifient, l’abîment.  Il devient alors muraille, éponge, bloc imprenable, malade. Dans chacuns de ses recoins de peau, de muscles, on prend soin d’enterrer ces émotions, ces souvenirs, ces hantises. De là, je creuse à travers ma peinture et mes dessins, pour faire ressurgir les stigmates, les peurs, les états d’âme. Les mettre à nu pour s’en libérer et extraire les bleus de l’âme. Le thème de la femme en crucifixion est un sujet très présent dans ma peinture. La femme y symbolise la vie, elle donne la vie. La croix est symbole des différents chemins de vie. La crucifixion symbolise les liens, les attachements. La femme est renaissance ou au contraire avilissement de nos propres attachements. La femme est alors l’image universelle, qui représente l’homme face à son destin tragique.

 

 

OXO YUTZ

 

L-enfant-bleu.jpg

 

CRAS !

Où il est question des « Frères Humains » de F.Villon, quand les vivants et les morts pédalent dans un ciel de fin du monde.

Où l’on pourrait évoquer la crudité insupportable des corps dépiautés, échos désespérés du Charnier des Innocents.

Où la pluie délave, où le soleil dessèche les corps et les noircit, où pies et  corbeaux cavent les yeux des suppliciés et nous jettent à la Figure Pitié et Absolution.

Cras ! Cras ! Demain ! Demain ! Le Corbaque- annonciateur, l’anthracite-emplumé  aux ailes de plomb,  l’avertisseur planant sur la pourriture en klaksonnant  ses stridences étranglées.

Où il est dit qu’il faut pourtant vivre ici et nulle part ailleurs.

Où le peintre, pour qui la « viande  n’est pas une chair morte » et pour qui « les boucheries sont comme des églises », se déguise en sale type et se dévoue pour tous les sales types que nous sommes.

Où la peinture tord les ciels et magnifie les sacrifices, exalte les supplices, balafre les paysages et, sur la voix sépia de Billie Holliday , putréfie d’ étranges fruits d’arbres bodybuildés.

Ici et nulle part ailleurs, des corps se balancent comme un reproche dans l’air lourd de sang soufré, vers le bas, vers la terre et le ruisseau, à la fois humaine et animale condition, comme condamnées à la lourdeur.

 

 

 

IZIAK

 

vonette.jpg

 

La roue des âmes humaines et animales dans le chaos du monde…
Depuis toujours des images d’enfances, de soi ou d’ailleurs, des images de vies, des émotions …
Se glisser dans le fil du temps, ce grand manège qui tourne et vous emmène , comme un drôle de voyage….
Dans ce long parcours de vie, de création, les sources se découvrent, s’infiltrent, s’imposent, jaillissent, intarissables.
Au travers des lectures, des rencontres, des hasards, des replis sur soi, des abîmes intérieurs, dans un langage universel, raconter son histoire au milieu des autres, garder une trace.
Petit maillon humain d’une chaîne intemporelle, donner du sens à sa propre existence et en entrevoir la finitude dans un clin d’oeil au monde.

 

 

Dominique Renard

 

Image1-28_modifi--2-copie-1.jpg

Drôles de personnages :grandeur nature sculptés avec différents plastic de récupération ,mousse, tuyaux d’isolation, vieux habits…

drôles de têtes, drôles de gens :peintures ,huile, crayons gras, encre, aquarelle.

Je m’inspire de notre condition humaine, je mets en scène l’être humain dans ses aspects étonnants ou étranges.

Je triture, détourne la matière oubliée, par mon univers je ne vous parle pas du désespoir, ni du bonheur tout simple, j’interroge les blessures de la vie…

J’espère que nous poursuivrons nos rêves sourdement conscients du privilège de l’échange. MERCI…

 

 

 

 

Fabrice Fossé

 

FabriceFosse01

 

Fabrice Fossé ne tient pas compte de la réalité qui l’entoure, où tout est illusions, se servant de son esprit surréaliste qui lui ouvre les portes de la fantaisie et de l’imagination. Dans ce monde coloré aux accents psychédéliques de cartons virevoltent comme des enfants terribles.

 

 

Silvère Duguet

 

DSCN0386.JPG

 

Silvère a toujours eu un sens esthétique développé dès son plus jeune âge, même pour ses goûts vestimentaires très affirmés…Il a toujours dessiné petit, et cela a  continué, refusant d’apprendre à dessiner traditionnellement (avec des méthodes ou modèles) : c’est un autodidacte résolu. Après son accident de vie a l’apparition de sa maladie à l’adolescence -, il a toujours exprimé en écrivant des textes et en dessinant, deux modes d’expression qui lui permettent  « d’extérioriser » son mal être, sa souffrance, ses obsessions et ses manques (alcool et autres substances, amour, femmes…).D’ailleurs, quand il signe ses œuvres, soit il met son nom, soit rien du tout, soit il signe P.Q. Pourquoi P.Q ? Sa réponse est invariable : « parce que j’en ai ch… ! »Il n’y a rien à ajouter, tout est dit. Il est à souhaiter que son talent lui permette d’avoir une vie meilleure, des amis et le sorte de sa solitude.

 

 

Nicolas Cardon

 

IMG_3914.JPG

 

Artiste plasticien, c’est la sculpture qui constitue ma technique principale. 

Et ce sont les thèmes de l’humain, de l’animal, mais aussi du vieillissement, de la métamorphose et des hybrides qui me préoccupent depuis toujours. La matière première de mes créations, ce sont les matériaux de récupération que je récolte le long du littoral normand : bois flottés, métal, déchets plastiques, etc. Ils sont ensuite fixés sur différents supports tels que des poupées, des mannequins, ou encore des pièces de taxidermie chinées en vide-greniers. D’inspiration et d’apparence souvent fantastiques, mes petites créatures témoignent de la difficulté qu’il y a d’être humain – ou animal – de nos jours. Elles sont déglinguées, malmenées, mais ne sont en aucun cas des monstres…ou alors si peu. Ce qui est certain, c’est qu’elles font partie intégrante de mon univers et que, année après année, je continue à les mettre au monde et à les livrer en pâture aux regards sans plus trop me poser de questions. C’est ainsi, je suis le père d’une famille nombreuse, peut-être pas très belle à regarder mais, je l’espère, pleine d’humanité.

 

 

URAS

 

DSC05431--1-.JPG

 

L’atelier dessin de l’URAS a pour but de susciter auprès des résidents un intérêt à l’exécution d’un travail personnel, et de réveiller des émotions qui valorisent l’égo.
Créer une œuvre et la montrer, c’est un risque qu’il faut oser prendre. S’exprimer à travers la peinture, c’est reprendre tout doucement confiance en soi.
Nous avons décidé de vous présenter des travaux sur le cirque, thème qu’ils ont beaucoup apprécié.
C’est un sujet porteur de joie, d’insouciance et de rire dans lesquels le burlesque côtoie la poésie.
L’atelier, grâce à la peinture donne dignité et reconnaissance à ses hommes qui vivent dans l’ombre et que la vie n’a pas épargné.

 

 

 

CHAPELLE S AINT JULIEN

 

Ines Lopez Sanchez Mathély

 

elle-1.jpg    

enfant.jpg

 

Défendre des valeurs humaines par le média des  Arts Plastiques- Exprimer les Maux de l’Humanité Solliciter les spectateurs de façon à déclencher chez eux un questionnement-Transmettre un héritage de mémoire-Inscrire ces sculptures dans un évènement public-Ces œuvres plastiques à taille humaine, qui seront installées en masse dans une mise en espace  ont été conçues avec des métaux soudés auxquels se sont rajoutées différentes techniques, destinées à donner l’aspect du métal rouillé et rongé permettant d’évoquer l’usure du temps et la souffrance endurée par les êtres humains .Les portraits représentent des entités imaginaires de différents horizons. Ils ont été réalisés sur un support de papier bulle.La transparence de ce matériau évoque le côté éphémère et fantomatique d’êtres disparus, ainsi que l’oxygène.L’oxygène évoqué par les bulles et l’asphyxie qui résultent du plastique que je fais fondre volontairement donne l’impression d’une marcescence. La marcescence, signifie l’état des feuilles sur les arbres qui évolue, change, en s’agrippant à l’arbre sans en tomber : les feuilles sont toujours là ; les peuples persécutés sont toujours là ; les Hommes défendant leurs idées sont toujours là, l’instinct de survie est  fort.Pour peindre ces visages, j’utilise des pigments, reliés à la terre, et qui contribuent à la dramatisation du sujet parce qu’ils expriment la crémation, la poussière, les restes humains.

 

 

 

 

 

Hôtel de Région Haute Normandie

 

 

Anne Duval

 

art-et-dechirure-4.JPG

 

 

art-et-dechirure2.JPG

 

Initié par Patricia Henin, infirmière et par le sculpteur Anne Deval il y a une dizaine d’années, l’atelier terre de l’association Val d’Yerres horizon s’est au fil du temps dirigé vers des productions collectives de grandes voire de très grande ampleur. Mettant à leur disposition, dès le départ, une très grosse argile réfractaire qui permet la mise en œuvre de grandes pièces,la même que j’utilise pour mes sculptures nous avons pu encourager ,les patients à se lancer dans des pièces importantes cette argile étant non gélive il est aisé de faire des grands pots pour l’extérieur,c’est ainsi qu’a commencé une production décorative pour le CATTP ,première approche d’un travail collectif .Comme sculpteur j’ai j’habitude de faire des grandes pièces (200cm en moyenne)  en terre par éléments qui s’emboîtent  et il m’était naturel d’encourager et d’entrainer  l’équipe dans cette voie, Nous nous sommes rendu compte que le travail collectif donnait à chacun une grande  liberté  d’expression  et une plus grande aisance vis-à-vis des questions techniques, comme si abandonnée au groupe la créativité de chacun pouvait se laisser aller sans arrière pensée. Au fil des années un nombre important de patients s’est intégré à l’atelier  et les totems gardent ainsi la trace de chacun. Nous avons créé une douzaine de grands totems de 180 à 250  cm de haut qui sont mis en place devant le CATTP de Yerres. Les thèmes en sont donnés à l’avance : plantes ; têtes, animaux etc., la forme générale aussi : carrée, ronde,  pyramidale et pour le reste on improvise, la réalisation de chaque totem prend à peu près 2 mois, ils sont cuit dans mon atelier.

 

 

Espace Culturel François Mitterrand (Canteleu)

 

Florence Brochoire

 

ETRESINGULIERS3.jpg

 

Être singuliers

une exposition de Florence Brochoire / signatures

Regards croisés sur l’univers quotidien des patients

et des soignants de plusieurs structures psychiatriques

 

Le projet photographique de Florence Brochoire, «Etre singuliers» est axé autour de l’univers des patients mais aussi des soignants de trois structures psychiatriques de l’Eure qui participent au dispositif « Culture à l’hôpital ». Deux d’entre elles sont ouvertes et la troisième est une unité fermée au sein du Centre hospitalier spécialisé d’Evreux. Les équipes et les malades de ces établissements ont accepté de

participer à un jeu de miroirs sur le thème de l’identité et de l’individualité. Ils ont été photographiés indifféremment, sans que leur statut de patient ou de soignant ne soit spécifié, sous la forme d’un quadriptyque : un portrait en studio, un lieu, un objet et un moment ou un geste important. Ces prises de vues multiples invitent à découvrir plusieurs visages : celui de la représentation, celui des moments de vie quotidienne et celui de l’intime…

À ces portraits s’est ajouté un reportage, réalisé dans l’unité 2C de Navarre, un complément indispensable pour comprendre l’enfermement, le temps qui passe lentement et la tension palpable.

Tout au long de son travail, Florence


 

 

 

 

  POUR RESERVER VOS SPECTACLES

 

Les tarifs des spectacles sont les suivants : 14€ plein tarif et 10€ tarif réduit pour les spectacles de la Chapelle Saint Louis ainsi que pour le spectacle “Gilles”  si la réservation a été effectuée auprès du festival (sinon c’est le tarif de la Scène nationale qui est appliqué)

Entrée libre pour “Cérémonie fastueuse dans un souterrain” à l’Atelier 231

Pour “Petit Pierre”  les prix de places sont ceux appliqués par l’Espace culturel de Canteleu

 

Si vous avez réservé vos places auprès du festival Art et Déchirure vous pourrez les retirer à l’accueil du festival à la Halle aux Toiles à partir du 20 mai ou à l’entrée de la salle de spectacle au plus tard une demi heure avant le début de la représentation.

 

Vous pouvez retenir vos places pour les spectacles soit par mail à l’adresse suivante : 

 

 art.et.dechirure@gmail.com

 

Soit dans les salles où sont présentés les spectacles :

 

 -Chapelle Saint Louis Rouen 02 35 98 45 05 et contact@chapellesaintlouis.com

 

 -Scène nationale Petit Quevilly / Mont Saint Aignan 02 35 03 29 78 et reservations@scenationale.fr

 

 -Espace François Mitterrand Canteleu 02 35 36 95 80

 

 -A l’accueil du festival Halle aux Toiles Rouen à partir du 19 mai sur place et par téléphone 02 35 36 05 17

 

 

 Une erreur s’est glissée dans la grille du programme “papier” !

 

Le spectacle “Gilles” sera présenté les mardi 25 et Mercredi 26 mai

grille jpeg-copie-2

ArtEtDechirure2010Aff.jpg

 

FESTIVAL ART ET DECHIRURE 2010 DU 19 AU 30 MAI 

 

12ème festival !! Ce nouveau rendez vous donnera une fois encore une large place aux arts plastiques, plus de 400 oeuvres exposées issues ds courants de l’art singulier, de l’art brut et de l’art contemporain, près de 40 artistes en marge de l’art “culturel”. Le visiteur est invité à laisser libre cours à son imagination, à libérer ses émotions face à cet art décalé, troublant, parfois déconcertant.

Tous les artistes ne sont pas présentés ci dessous, nous vous invitons à venir les découvrir dans nos 3 expositions:

– Halle aux Toiles de Rouen place de la Basse Vieille Tour du 20 au 30 mai de 10h à 19h tous les jours (vendredi 21 et 28 mai de 10h à 22h)

– Chapelle saint Julien à Petit Quevilly : Marie Rose Lortet du 20 au 30 mai de 14h à 18h tous les jours

– Hôtel de Région 5 rue Robert Schuman Rouen : Aymeric Dufay dit “DUIF” du 20 au 30 mai de 10h à 18h tous   les jours

– Renseignement concernant les expositions : Joël Delaunay 02 32 95 11 78 ou art.et.dechirure@laposte.net

 

 

 

CHAPELLE SAINT JULIEN – PETIT QUEVILLY

 

MARIE ROSE LORTET

 

Marie-Rose-Lortet.suite.JPG

 

Sacrée Marie-Rose

Architectures de dentelles, masques et personnages tricotés : pour traduire son imaginaire foisonnant, Marie-Rose Lortet utilise les fils, tous les fils, qu’ils soient de laine, de coton, de lin… Et depuis ses débuts, elle défie les modes. « J’aime vos petits ouvrages tricotés », lui écrit Jean Dubuffet en février 1969, qui lui propose, en lui achetant des oeuvres, de l’intégrer dans sa collection d’art brut. Au milieu des années soixante-dix, les féministes américaines, en quête d’une culture spécifique aux femmes, se passionnent pour les travaux d’aiguille. Carole Hooberman, galeriste américaine de Detroit, remarque Marie-Rose et la recrute dans son écurie d’artistes. Dans les années quatre-vingt-dix, en plus de son statut d’ « art brutiste » et d’artiste féminine, Marie-Rose s’impose dans le champ de l’art textile contemporain. Deviendra-t-elle en 2010 une tenante de l’art religieux ? Car Art et déchirure lui offre la chapelle Saint-Julien comme lieu d’exposition. L’occasion pour conférer à ses masques, à l’instar de leurs pairs africains, un caractère sacré. L’occasion de présenter, comme le dit Marie-Rose, « des objets précieux mais iconoclastes » . Iconoclastes ? Historiquement, ils refusaient la représentation des images saintes. Cette doctrine fut condamnée par le concile de Nicée en 787. Encore un pied de nez de l’espiègle Marie-Rose qui, de surcroît, par cette transition du profane au sacré, prend l’histoire de l’art à rebours.

 

Hubert Legras

 

Strub_-MR-LORTET.jpg

 

 

 

HÔTEL DE REGION – ROUEN 

 

Bunkers-DIUF.jpgAymeric Dufay dit DIUF

 

 

 

Aymeric DUFAY dit « DIUF » (1974 – 2006)

DIUF est né le 3 juillet 1974 à Deauville. Il grandit « près de la mer » à Tourgéville jusqu’à l’âge de dix ans. Il explore les plages de la côte: Trouville, Les Vaches Noires, Villerville, déjà impressionné par la masse des blockhaus qui sont à la fois terrain de jeu et monstres angoissants. Trente années plus tard il restituera leur architecture et leur atmosphère dans une série encre et acrylique sur toile, dont les tons beige, gris et verdâtres stigmatisent un paysage désolé et géométrique.

Entre temps, Diuf est à Rouen, ville où il produit quantités de Bandes dessinées, Affiches, et Laques. Il ne quitte que trois années cette ville pour Paris, fréquentant alors assidûment un collectif d’affichistes passionnés avec lesquels il restera en contact jusqu’à la fin.

 

Aymeric-Dufay-DIUF.jpg

blockhaus-DIUF.jpg

 

 

FESTIVAL ART ET DECHIRURE 2010 DU 19 AU 30 MAI

 

12ème festival !! Ce nouveau rendez vous donnera une fois encore une large place aux arts plastiques, plus de 400 oeuvres exposées issues ds courants de l’art singulier, de l’art brut et de l’art contemporain, près de 40 artistes en marge de l’art “culturel”. Le visiteur est invité à laisser libre cours à son imagination, à libérer ses émotions face à cet art décalé, troublant, parfois déconcertant.

Tous les artistes ne sont pas présentés ci dessous, nous vous invitons à venir les découvrir dans nos 3 expositions:

– Halle aux Toiles de Rouen place de la Basse Vieille Tour du 20 au 30 mai de 10h à 19h tous les jours (vendredi 21 et 28 mai de 10h à 22h)

– Chapelle saint Julien à Petit Quevilly : Marie Rose Lortet du 20 au 30 mai de 14h à 18h tous les jours

– Hôtel de Région 5 rue Robert Schuman Rouen : Aymeric Dufay dit “DUIF” du 20 au 30 mai de 10h à 18h tous   les jours

– Renseignement concernant les expositions : Joël Delaunay 02 32 95 11 78 ou art.et.dechirure@laposte.net

 

 

 

 

 

ART MANIAK

MGEN-art-maniak.JPG

Petit glossaire d’arts plastiques

Perspective – Audace – sensuel – humilité – Effacement – Se soumettre au sujet – Ligne de tension – Profondeur – Plan – Repentir (pentimento) – Achever – Abouti(r) – Superficiel – support/surface – Claire/obscure – Ornemental – le toucher –– faire vibrer la couleur – Tout ce qui est inutile est nuisible – Effacement – Un bon fond – Préparer son geste dans sa tête comme les sportifs avant un geste technique – Mou – en creux – sculpter – le vide –Chaud / froid – Silence – Bavard – faire des choix – recul – rugueux / lisse – Arte povera – Chercher la lumière – Sal comme un cochon – Composition – opposition – contraste –Il n’y a pas de mauvais sujet il n’y a que des mauvais peintres – tonique – sensible – jouer avec les bords – une idée par boulot –– faire valoir – scories –Ornemental – pousser – jouer – radicaliser – savoir achever un boulot – copier est même recommander – accepter ce qui ce présente sur la surface du travail – Dense – laisser son boulot ouvert – savoir abandonner des choses pour en gagner d’autres – subtile – raffiné – discret – somptueux – prendre le temps – improvisation – rythme – calque – cadre – fermer les yeux – foncer – travailler avec le sal – degré d’exigence – adapter l’outil à l’intention – élégant – le geste – ça discute – On fait – action / réaction – de la liberté /du lâché/de la maîtrise – Un lâché maîtrisé – l’auteur ne maîtrise pas ce que l’autre voit – Bien jeté – travailler avec le hazard.

Thierry Trãn

 

 

 

LE SECRET-TAIRE

SavignyEtampes.jpg

Œuvre collective réalisée par des personnes venant de structures de soins du secteur 91G07 de psychiatrie adulte. L’initiative de ce projet est partie d’une volonté commune de nos ateliers « Ecriture » et « Formes et couleurs ». Notre guide artistique, l’artiste–peintre Sabine STELLITANO , a conduit les participants durant des stages de création picturale, organisés chaque année depuis 2004. Cette création sur le thème du souvenir fait écho au travail cinématographique d’un autre de nos ateliers : « Court-Métrage ». Le « Secret-Taire » livre ses souvenirs par un jeu de tiroirs qui n’en finissent plus de s’ouvrir …91-SAVIGNY SUR ORGE/ETAMPES

 

 

 

Catherine Ursin

Ursin.jpg

 

Que de la récup’ : métal sous n’importe quelle forme, bidons, boîtes de conserves, capots de voiture et autres ferrailles et puis ficelle, os, dépouilles de petits animaux sans compter les huiles et peintures de rebut. Pour Catherine Ursin, la création est d’abord une activité physique, une lutte avec la tôle coupante qu’elle découpe, entaille, agrafe après l’avoir laissé vieillir, rouiller au besoin, la patine seule ayant une âme et permettant de surcroît des effets esthétiques.

Dans la fermeté et l’énergie qui la caractérisent, elle dépouille ses oeuvres de toute sentimentalité, les humains sont nus, seins marqués et sexes en évidence, à l’érotisme affirmé…

Scènes où passe une certaine mélancolie, cet état incertain entre joie et tristesse : univers d’une étrange et puissante poésie.

Colette Pilletant-Rey – 2009

 

 

 

CATTP la Villa association arimage

 

CATTP-la-villa.jpg

Depuis 1992 l’association  arimage  organise, avec le soutien du Centre Hospitalier Sud-Francilien, des manifestations à partir du travail réalisé dans des ateliers animés par des artistes, au sein de deux services de psychiatrie. Cette année, deux ateliers d’arimage se sont mobilisés pour travailler sur le thème de l’Inde grâce à un partenariat établi avec le festival du Futur Composé*. C’est ainsi que dans l’atelier de peinture, conduit par Sabine Stellittano à la Maison des Jeunes et de la Culture Fernand-Léger nous avons réalisé des montages de dessins sur tissus indiens s’inspirant des « roues de la vie » et que dans l’Atelier du Vendredi, au CATTP La Villa,  Pascale Pasello, artiste en résidence, a créé des masques que nous avons parés. Durant le temps de l’exposition, le public sera associé à cette installation, en y déposant des «  papiers-offrandes » que nous avons confectionnés.

 

 

 

 

Pascal Laloy

Pascal Laloy

 

De la peinture, émergent ou disparaissent des corps, des figures. Engourdis et engoncés dans les oripeaux et dans la peau, ces corps naissent des strates et des cicatrices qui les forment et les enserrent. Ces semblants d’êtres, ces « idées d’Hommes » se voilent, se dévoilent, s’effacent…Se réduisent parfois à la matière. Traces offensives ou marques du renoncement et du repentir, la peinture présente la bataille silencieuse dont elle a été l’objet. La figure se réduit, se décompose, se vide, parfois jusqu’au masque. L’humain s’éclipse et la figure devient corps de peinture.

 

 

 

Philippe LECHOPIER

lechopier.jpg

 

Né en 1959, vit à Evreux et travaille avec des enfants ayant des problèmes de comportement. De 1995 à 2005, a suivi les cours du sculpteur Jacques Lortet à l’atelier volume de la maison des arts d’Evreux. Travaille le bois, le métal et les matières (notamment végétales) ou objets de récupération, leur donnant ainsi une seconde vie. Crée des volumes, en particulier des masques et des petites structures sonores, les orchestres de coins de tables. Les masques se déclinent selon plusieurs séries. La série des « Polaroïds » constitue des variations imaginées chacune à partir d’un même matériel de base (ressort pour papier polaroïd). La série des « Paulownia » est construite à partir d’éléments végétaux provenant d’un jardin. Ces éléments recouvrent des objets en fin de vie ayant eu leur utilité propre. Certains masques changent d’aspect en fonction du point de vue du spectateur, une forme de clin d’œil à l’art cinétique.

 

 

 

Art brut : le domaine polonais

art-brut-polonais.JPG

 

Il aurait été surprenant que la Pologne – pays d’Europe qui possède un art populaire ainsi qu’un art naïf fort développés – ne recèle pas également quelques auteurs d’art brut. Très vite on reconnut Edmund Monsiel (1897-1962), puis Stanisław Zagajeweski (1927-2008), puis Maria Wnęk (1922 – 2006) tous désormais entrés dans les collections publiques et privées d’art brut. D’autres, âgés de plus de 60 ans (« un art de vieillards retournés en enfance » écrivait Michel Thévoz à propos de ces auteurs qui – désormais délivrés des contraintes de bienséance structurant ce que, pudiquement, on nomme : la « vie active » – se sont mis tardivement à dessiner), ont été découverts à la fin du siècle dernier : Adam Dembinski (né en 1943), Roman Rutkowski (né en 1933), Henryk Żarski (né en 1944). Voici donc, pour la première fois exposée en France, une sélection de quelques unes de leurs productions.

Alain bouillet

 

 

 

Joël LORAND

Lorand.jpg

 

Né en 1962 à Paris, réside à Alençon (Orne). A partir de 1997, il abandonne définitivement son métier pour se consacrer à la création plastique autour du dessin, après plusieurs étapes de recherche. Joël LORAND développe une œuvre insolite, singulière. Il aime à dessiner des créatures hybrides, personnages ou animaux enchevêtrés dans une abondante végétation, un monde imaginaire sans frontières, jouant sur les lignes, les courbes, les arabesques. La minutie du trait et la précision du graphisme, l’opposition de couleurs aux pastels et crayons, viennent appuyer la lecture d’une œuvre grave et légère… Ses œuvres ont fait l’objet de nombreuses expositions en galeries, dans des musées, des salons, depuis 1997.

 

 

 

Claire Lézé-Schmite

ClaireLeze-Schmite01.jpg

Mon travail en fil de fer se fait dans un geste souple et régulier, je tourne et retourne la forme que j’ai en tête jusqu’à ce que j’obtienne le résultat imaginé. Il me permet une exécution fine, aérée et légère des figures à qui je donne “vie”…Il est le résultat d’une longue réflexion, complément de mon travail de modelage en terre. Le fil de fer m’accorde une excentricité  sans limites, tel mon imaginaire. Le métal peut être rouillé pour évoquer le temps qui passe, l’usure, la fêlure des personnages, ou bien noir, laissé à l’état brut pour une épure totale. Ces pièces ressemblent à mes réalisations en terre où les extrêmes se côtoient : des finesses excessives et des rondeurs qui le sont tout autant. Regardez les jeux d’ombre et de lumière lorsqu’ils pénètrent le métal, quelle légèreté !

 

 

 

Résidence « Les Albizias »

LesAlbizias01.jpg

 

La résidence «  Les Albizias «  accueille des personnes adultes handicapés. Ces personnes bénéficient d’un accompagnement et d’un soutien spécifique pour tous les actes de la vie courante. Par ailleurs, leur créativité et leur besoin d’expression est mis en valeur dans les ateliers arts plastiques et bois. Au sein de ces ateliers les résidants peuvent au travers des supports et de la matière proposée, libérer leurs émotions et aller à la rencontre des autres. Le festival Art et Déchirure est pour eux le moyen de valoriser leurs réalisations.

 

 

 

Martine Mangard

Martine_Mangard__les_femmes_de_Barbe_Bleue.JPG

 

Au cours de l’année 2009, l’envie m’a pris de dessiner des autoportraits fictifs. Je glanai avec plaisir par ci – par là des photographies de femmes à travers lesquelles me projeter. Leurs poses figées et contenues leur donnaient une sorte d’intensité dramatique. Au dernier dessin il m’apparut soudain clairement que j’avais fait les portraits des 7 femmes de Barbe Bleue. Ce fut une révélation excitante. Parallèlement j’ai continué mes créations d’objets et de boites qui contiennent des histoires et mes dessins visionnaires au fusain et crayon noir.

 

 

 

GEM A.I.D 76

GEM_A.I.D76_.jpg

 

“Le Groupe d’Entraide Mutuelle A.I.D 76 (Association Loi 1901)  est  un lieu d’accueil, ouvert tous les jours aux  personnes en souffrance psychique. Le GEM  développe l’échange  et la solidarité entre les adhérents en s’appuyant sur les loisirs. Son atelier Arts Plastiques fonctionne, sous sa forme actuelle, depuis  avril 2008. Il s’appuie sur la convivialité et l’entraide pour permettre à chacun de s’exprimer en fonction de ses envies et de ses choix esthétiques.  Le groupe est très hétérogène puisque certaines personnes sont novices alors que d’autres sont plus expérimentées (découverte antérieure dans des lieux de soin ou études  aux Beaux Arts). La pédagogie de cet atelier hebdomadaire est de valoriser  chacun  afin qu’il soit fier de ses progrès et de ses travaux. Dans cette optique, l’approche des techniques artistiques se fait au travers du ludique : jeux avec les lumières, les couleurs, les matières…. Ainsi chacun a pu évoluer, expérimenter et trouver sa voie…

 

 

 

Pierre Amourette

Pierre-Amourette.JPG

Vierges sages, vierges folles. Amourette nous livre la douleur de ces vierges hurlantes et vociférantes. Sont-elles pour autant des femmes souffrantes d’un enfantement qui ne finit pas, confrontées à la vie, à la peur, à la mort. Pierre Amourette, dont on connaît le monde baroque, ne laisse jamais indifférent. Autodidacte secret et pudique, il travaille dans son atelier installé dans le Perche où il est éducateur. Sa maîtrise du modelage simule l’improvisation où la pensée le dispute à l’instinct. Il torture la terre, débusque les formes d’une genèse qui n’en finit pas de se livrer, ivre lui même des ressources offertes par la matière. Ses doigts la pétrissent avec rage. Du Limon originel, il extrait la sève, arrache le souffle de vie. Puis il cofie au feu,à trois reprises, ces pièces modelées dans l’urgence. Trois cuissons métamorphosant ces figures,leur donnent leurs lettres de noblesse. Les glaçures verts, bleues, lie-de-vin, les habillent d’une grâce inattendue. Elles émergent d’un bouillonnement de plis, de crevasses vestimentaires accumulées comme les pétales flétris d’un bouquet dont les couleurs s’écoulent dans un sursaut de beauté.

 

 

 

T.LEO

chien Léo T

 

Les mortiers et la filasse font apparaîtrent des silhouettes de corps décharnés rendant visible leurs ossatures; ils se tiennent dans un état transitoire entre la vie et la mort .Ces objets « organiques » prennent leurs essences dans différentes sensibilités et inspirations proches de l’expressionnisme, du symbolisme et en l’occurrence des mythologie Gréco-romaines. Cette littérature contient un monde allégorique pouvant faire écho a une vision contemporaine (mais toujours parcellaire) du monde, ainsi Actéon tué par ses chiens pour avoir vu les charmes d’une déesse, représente la petite culpabilité punies démesurément par un pouvoir tout puissant non moins coupable.

 

 

 

Karim Toraï

Karim-T-JPG

« Je ferai une exposition de mes miroirs pour rendre joyeux les gens »

Karim procède minutieusement à gratter de petits carrés sur l’envers de miroirs afin de faire des minuscules fenêtres.

Puis, y collant des confettis ajustés et préalablement découpés dans la palette des couleurs offerte par les magazines en tous genres, il réalise des mosaïques qui apparaissent une fois le miroir retourné.

Du fond de sa « grotte », tel un moine copiste, il élabore des pays, des scènes, des paysages…envers et reflets de nos images et de la copie de notre propre visage si l’on s’y colle bien en face.

Karim dit avoir eu un âne, dans la banlieue de Rouen. Il raconte aussi, à qui veut bien l’entendre, toute son inadéquation avec le monde tel qu’il devient…employant tour à tour le « je » ou le « nous » selon sa météo intérieure.

De l’ombre, lui, il sculpte continûment les petits miroirs. C’est ce qui le tient et c’est son « invention ».

Qu’importe sa condition actuelle et son passé en forme de miroirs éclatés, lui, ce qu’il veut par son œuvre : c’est donner un peu de joie à nous autres

Alain Létuvé

 

 

 

André Robillard

André Robillard

André est né en 1931 au lieu dit “la mal tournée”. Il a été placé en 1939 dans l’école annexe de l’hôpital de Fleury-les-Aubrais. “On entendait un bourdonnement dans le ciel par vagues successives.” Dans cet établissement, marqué par la naissance de la psychothérapie institutionnelle, sous l’impulsion notamment de Georges Daumezon et Roger Gentis, André Robilllard a acquis un statut d’auxiliaire en travaillant dès le début des années soixante pour la station d’épuration de l’hôpital; cette époque a correspondu avec la fabrication des premiers fusils et la réalisation de dessins; il vit toujours à Fleury-les-Aubrais, dans une maison indépendante, entourée de ses oiseaux.Les premiers fusils d’André Robillard datent de 1964; recueillis par les docteurs Paul Renard et Roger Gentis au centre hospitalier Georges Daumezon de Fleury-les-Aubrais puis aussitôt confiés à Jean Dubuffet, ils ont circulé quelques années dans les collections de l’art brut encore nomades, avant d’atterrir à Lausanne où le musée a ouvert ses portes en 1971. Michel Thévoz qui en était le conservateur jusqu’en 2001 est ensuite revenu vers André Robillard et a certainement provoqué la
venue d’un second souffle dans le mode de création de l’artiste; depuis lors André Robillard n’a eu cesse de construire de nouveaux fusils, présents à la fois dans les collections de l’Aracinede la Création franche de même que dans de nombreuses collections privées à travers le monde. Les fusils exposés ici présentent cette double particularité qu’ils ont été construits parallèlement à la fabrication du spectacle Tuer la misère et hors de chez André Robillard, dans une sorte d’atelier mobile, au cœur ou dans l’immédiat prolongement du travail scénique, à La Fonderie au Mans, aux Subsistances à Lyon, au TNT-Manufacture de chaussures à Bordeaux et à Suresnes.
Alexis Forestier